⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "peuple"

24 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAndré Chassaigne :

...inuer à faire vivre la démocratie. Soyons donc fiers, mes chers collègues, d'être aujourd'hui réunis pour débattre de cette motion de censure, prouvant ainsi à tous les ennemis de la démocratie que nous ne sommes pas à leur merci. Nous vivons depuis plusieurs semaines un moment historique, une page d'histoire qui s'inscrit dans la longue lignée des grands mouvements populaires par lesquels notre peuple a affirmé sa soif de justice et de dignité : la soif de justice des laissés pour compte de la répartition des richesses, d'un peuple en rébellion contre ceux qui ne peuvent imaginer que 50 euros en moins dans le budget familial signifient dix jours de galère jusqu'à la fin du mois ; la soif de justice de ceux qui sont au chômage, de ceux qui ont une feuille de paie à 1 000 euros par mois ou une r...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAndré Chassaigne :

Voilà pourquoi nous avons pu entendre cette phrase : « Nous n'avons plus rien à perdre, puisque nous avons déjà tout perdu ou presque. » Cette dignité est aujourd'hui bafouée par votre pouvoir, indifférent et méprisant quant au sort de son propre peuple, un peuple debout, qui en appelle à la justice, celle qui consiste à pouvoir vivre dignement, à contribuer équitablement à l'effort national, à bénéficier d'une réelle redistribution des richesses du pays. Ces principes simples continuent à vous échapper, arc-boutés que vous êtes sur les dogmes libéraux qui guident et fondent votre politique générale, et qui, alliés à une pratique verticale du po...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAndré Chassaigne :

Aussi est-il de notre responsabilité de vous stopper dans votre course têtue en faveur du capital. Le lien de confiance entre notre peuple et l'exécutif est rompu, le divorce est acté ; il est temps d'en tirer les conséquences. C'est pourquoi nous avons décidé de déposer une motion de censure pour obtenir votre démission. Cette démission serait l'acte de naissance d'un nouveau gouvernement, qui ne pourrait faire autrement que de s'inspirer directement des revendications économiques et sociales légitimes du mouvement populaire qui tr...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAndré Chassaigne :

Telle est notre réponse institutionnelle à la crise actuelle. Elle ne saurait cependant suffire à résoudre les souffrances populaires engendrées par votre idéal de société au service d'une minorité, qui ne respecte que l'argent et la loi du plus fort, et qui a tant fait la preuve de son inefficacité et de ses ravages. Il convient de travailler avec notre peuple à un nouveau modèle de société fondé sur l'humain, la dignité, la justice sociale et fiscale, et la transition écologique.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAndré Chassaigne :

Vous n'entendez pas votre peuple, parce que vous êtes déconnectés du peuple. C'est pourquoi notre motion de censure est plus que jamais d'actualité. Chers collègues, nous l'avons voulu rassembleuse, aussi appelons-nous l'ensemble des députés à la voter. Oui, vous pouvez la voter ; oui, vous devez la voter. Quelle que soit votre sensibilité politique, vous pouvez la voter en femmes et en hommes libres.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlivier Faure :

Les rites, c'est aussi ce qui forge un peuple. La vie politique est aussi faite de symboles. Ce report de quelques jours en aurait été un.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaOlivier Faure :

Les deux moments que traverse notre pays interrogent, dans des registres différents, son unité : unité face au terrorisme ; unité face au décrochage d'une partie de ses concitoyens. Nous sommes la France, nous sommes un peuple, nous sommes, ensemble, la République. Ces mots, j'y crois comme au premier jour, mais ils sonnent de plus en plus faux aux oreilles de nos concitoyens. Le défi est transversal. Les Français attendent des mesures concrètes en faveur de leur pouvoir d'achat, c'est exact. Mais ils veulent davantage. Le pouvoir d'achat est un préalable, une condition, pas une fin. Le mouvement des gilets jaunes est ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Christophe Lagarde :

Nous ne la voterons pas car nous ne voyons pas quel avantage le peuple français tirerait à ce que le Gouvernement soit renversé au moment précis où s'ouvre enfin le grand débat fiscal, social et institutionnel que nous appelons de nos voeux depuis si longtemps.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Christophe Lagarde :

...ne. Quant à nous, le discours que nous tenons depuis plus d'un mois est inchangé : faisons une pause et mettons-nous autour de la table. Il ne sortira rien de bon du chaos démocratique dont nous avons senti les premières effluves ces dernières semaines. L'heure doit être à la responsabilité de chacun et celle-ci commande une trêve. Le Président la République a ouvert une porte. Par la révolte du peuple français, Jupiter est redescendu sur terre.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Christophe Lagarde :

Il y a un peuple de France, dont les représentants ont le devoir d'éclairer les choix, afin de maintenir sa cohésion. La tâche est suffisamment immense, et nous ne serons jamais trop nombreux pour nous y atteler ! Lorsque des décisions sont incomprises au point où nous voyons qu'elles le sont aujourd'hui, ce n'est pas simplement une question de pédagogie, comme certains d'entre vous l'ont dit, et comme je l'ai e...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Christophe Lagarde :

avec toutes les aventures dangereuses vers lesquelles cela pourrait conduire notre peuple révolté. Monsieur le Premier ministre, il est désormais clair pour nous que la majorité n'a pas pu transformer un monde ancien en un monde nouveau, mais nous vous invitons, ainsi que l'ensemble de nos collègues, à méditer cette phrase d'Albert Camus : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

...ion populaire depuis cinquante ans. Quelle est cette société mobilisée sur les ronds-points et dans les lycées ? Ici, les jeunes de l'enseignement professionnel et de l'enseignement technologique marchent les premiers ; ce sont les plus responsabilisés, par leur avenir professionnel immédiat. Là, sur les ronds-points, ce sont les petits revenus, ceux dont la vie se résume à tâcher de survivre. Ce peuple est notre boussole. C'est lui qui nous montre le chemin, c'est lui qui nous dit ce qui doit changer radicalement. Car survivre, ce n'est pas un projet de vie suffisant, pour ces femmes en pleine précarité, pour cet enfant sur cinq qui vit dans une famille pauvre, pour ces 4 millions de personnes qui attendent un logement digne, pour ces retraités dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvr...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Dans ce contexte, le Président a parlé. Je dis d'abord que sa parole est vaine pour une part considérable de notre peuple, qu'il a totalement oublié dans son propos : les chômeurs, dont 50 % ne touchent d'ailleurs aucune indemnité ; les salariés à temps partiel, dont 80 % sont des femmes ; les fonctionnaires de l'État et de la territoriale, qui font notre vie quotidienne ; les retraités, dont les pensions restent gelées et soumises à la CSG. Sa parole sonne faux à nos oreilles aussi. Pourquoi feint-il d'augmenter le...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Je n'achèverai pas sans dire quelle fierté nous ressentons devant ce que le peuple de notre pays dit au monde. Voici de nouveau la France des rébellions qui parle à chacun. Son message est entendu sous toutes les latitudes : en Pologne, en Bulgarie, en Belgique, aux Pays-Bas, en Israël, en Égypte, en Irak et dans combien d'autres endroits encore, …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

C'est pourquoi nous vous censurons : parce que c'est le plus court chemin vers le retour aux urnes que la démocratie exigerait dans n'importe quel autre pays, vers la dissolution qui rendrait au peuple son droit de choisir.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

Le peuple, en toute circonstance, est le seul souverain dont nous reconnaissons l'autorité.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Vigier :

alors que vous auriez dû davantage soutenir nos savoir-faire, qu'ils soient industriels, agricoles ou artisanaux. Oui, depuis dix-huit mois, vous avez opposé l'arrogance et le mépris du nouveau monde à la désespérance des Français. Mais, monsieur le Premier ministre, il n'y a pas de gens qui ne sont rien ; il y a seulement le peuple « orphelin, pauvre, intelligent et fort, placé très bas et aspirant très haut », comme l'écrivait Victor Hugo. Depuis dix-huit mois, vous avez considérablement aggravé la fracture territoriale en donnant les clés de la France à la technostructure, …

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaNicolas Dupont-Aignan :

...r de politique économique et sociale. Tel est l'objet de la motion de censure dont nous débattons ce soir. En 1992, Philippe Séguin, ici même, prononçait un magnifique discours sur la crise de notre démocratie et de notre nation. Il dénonçait déjà, je le cite, cette terrible « conspiration du silence » d'une « oligarchie d'experts, de juges [… ], de gouvernants » qui prend des décisions au nom du peuple sans en avoir reçu le mandat. Votre gouvernement est la caricature de ce triste portrait. Soumis aux oligarques en France, et à la Commission de Bruxelles en Europe, vous ne gouvernez plus dans l'intérêt du peuple français, et le peuple français l'a bien compris. À cette même tribune, je ne peux que constater que la « conspiration du silence » qu'évoquait Philippe Séguin est devenue une conspira...