Intervention de Marion Lenne

Séance en hémicycle du mardi 20 février 2018 à 9h30
Questions orales sans débat — Projet du rer sud-léman

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarion Lenne :

Je souhaite appeler l'attention du Gouvernement sur la nécessité de soutenir la mobilité lémanique, et plus particulièrement le projet de RER Sud-Léman, prolongement du Léman Express entre Évian-les-Bains et Saint-Gingolph-Suisse. J'associe à ma question les députés La République en marche de Haute-Savoie, Frédérique Lardet, Véronique Riotton, Xavier Roseren, de l'Ain, Olga Givernet, et des Français de l'étranger de Suisse et du Liechtenstein, Joachim Son-Forget.

Lors du conseil des ministres du 20 décembre dernier, le Gouvernement a identifié deux priorités en matière de mobilité : premièrement, s'attaquer aux déséquilibres des transports actuels ; deuxièmement, penser la mobilité de demain.

Le Chablais français, cinquième circonscription de la Haute-Savoie, tirera certainement profit de la fin des « zones blanches » en matière de mobilité, comme du plan de désenclavement envisagé. Permettez-moi de souligner que les lignes du tout nouveau réseau Léman Express verront le jour en 2019. L'aboutissement de ce projet, qui date de plus d'un siècle, verra naître le plus vaste RER transfrontalier d'Europe, qui reliera rapidement et efficacement Genève, Thonon et Évian.

Le désenclavement du Chablais français implique nécessairement le développement d'une offre adaptée à cette mobilité transfrontalière, d'intérêt régional et qui revêt pour nous tous une importance capitale du point de vue de l'avenir de notre territoire et de son développement économique et touristique. En complément, à l'est du Léman, le désenclavement sera ferroviaire et lacustre. En effet, alors que le rapport Duron rappelle que la liaison autouroutière entre Machilly et Thonon-les-Bains est un projet local, sa continuité multimodale, ferroviaire ou lacustre, lui donne une dimension pleinement nationale et internationale. Aussi la reprise de la ligne RER Sud-Léman, également appelée ligne du Tonkin, bénéficie-t-elle du soutien affirmé des autorités helvétiques et mérite-t-elle un appui identique du côté français, afin que soit relié par le rail le tour du lac Léman depuis l'aéroport international de Genève-Cointrin.

Trente-cinq ans après la loi d'orientation des transports intérieurs, j'aimerais donc connaître les intentions du Gouvernement s'agissant de la remise en service de la ligne RER Sud-Léman pour le transport de voyageurs, et, plus largement, savoir si les projets transfrontaliers et multimodaux seront intégrés au cadre du futur projet de loi d'orientation des mobilités.

1 commentaire :

Le 27/07/2019 à 14:41, C. Guerrin a dit :

Avatar par défaut

Madame, vous pouvez parfaitement soutenir la réouverture de la ligne ferroviaire du « Tonkin », mais il est stupéfiant qu’une ancienne élue de Thonon-les-Bains aujourd’hui parlementaire ignore que cette ligne ne pourrait en aucun cas permettre de faire « le tour du lac » : c’est un mensonge propagé par les « pro- Tonkin » et de nombreux médias intoxiqués par le lobby valaisan. Mais vous ne devriez pas ignorer que la réserve naturelle des Grangettes, au fond du lac, interdit toute infrastructure ferroviaire.

De toute façon, l’annulation récente de la DUP de la ligne Belfort-Delle condamne, pour les mêmes motifs (coût prohibitif pour une fréquentation dérisoire, contredisant des estimations fumeuses) l’aberrant projet que vous défendez.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion