Intervention de Florence Granjus

Séance en hémicycle du samedi 21 avril 2018 à 9h30
Immigration maîtrisée droit d'asile effectif et intégration réussie — Article 16

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFlorence Granjus :

Troubles anxieux et dépressifs, perte de poids, sommeil perturbé, troubles du langage et du développement psychique : voici quelques-uns des troubles dont sont victimes les enfants placés en centre de rétention administrative. Grillages, présence policière, absence d'équipements pour le bain et le divertissement : peut-on vraiment considérer que ce sont des conditions adaptées aux enfants ?

Je ne le pense pas. La Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, le Défenseur des droits, les associations, les citoyens – la pétition de l'Unicef a recueilli plus de 100 000 signatures ! – ne le pensent pas non plus.

La Cour européenne des droits de l'homme a déjà condamné par cinq fois la France pour le placement d'enfants dans un centre de rétention administrative. La simple vulnérabilité des enfants, leur intérêt supérieur doivent primer toute autre considération.

La France fait partie des trois pays européens qui ont placé le plus grand nombre de mineurs en rétention administrative, alors même que de nombreuses solutions alternatives à l'enfermement existent et que plusieurs pays européens se sont engagés sur cette voie. Il n'est pas possible de construire un seul être, un seul pays et une Europe forte avec, pour exemple, dans les yeux d'enfants qui seront aussi les femmes et les hommes du monde de demain, des barrières appréhendées dès le plus jeune âge.

Je sais, monsieur le ministre d'État, et c'est pour cela que j'ai retiré mon amendement qui visait à interdire la rétention des mineurs, que vous aussi préféreriez ne pas voir d'enfants en centre de rétention administrative et que vous êtes soucieux de cette situation. Je sais pouvoir compter sur vous, monsieur le ministre d'État, pour que, rapidement, les travaux que vous envisagez de confier aux parlementaires fassent que, demain, la France, pays des droits de l'homme et toujours présent au coeur des débats humanistes, puisse progresser pour n'enfermer aucun mineur en centre de rétention administrative. Je vous remercie, monsieur le ministre d'État.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion