Intervention de Sébastien Chenu

Séance en hémicycle du mardi 31 juillet 2018 à 15h00
Motions de censure — Discussion commune et votes

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSébastien Chenu :

Enfin, les intimidations de La République en marche sont aussi financières. L'abandon de la promesse d'Emmanuel Macron d'une banque de la démocratie nous incite à penser que le pluralisme politique est le moindre des soucis de la majorité.

Alors, pour préserver nos libertés, pour défendre le pluralisme, pour alerter nos compatriotes sur les dérives anti-démocratiques du pouvoir et les abus qui les accompagnent, nous allons voter ces deux motions de censure.

Chers collègues de La République en marche, vous n'avez plus les moyens de votre arrogance. Les Français ont compris qui vous étiez. Personne n'est dupe dans cette affaire.

Monsieur le Premier ministre, ne nous jouez pas le couplet de l'inco hérence de l'a lliance des oppositions, car nous pourrions souligner l'incohérence de tant d'alliances dans votre majorité et votre Gouvernement.

Oui, nous avons maintes divergences avec nos collègues mais elles portent sur des choix politiques, qui dépassent d'ailleurs le vieux clivage droite-gauche. C'est une conception saine de la démocratie, bien plus saine que votre « en même temps » dont nous voyons les limites chaque jour.

Le Président de la République et sa majorité ne s'opposent plus à leurs contradicteurs en affirmant des choix politiques. Ils défendent non pas des idées, mais des intérêts. Alors oui, aux côtés de Marine Le Pen, les députés appartenant au Rassemblement national voteront ces motions de censure.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion