⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Éric Coquerel

Séance en hémicycle du mardi 16 octobre 2018 à 21h30
Projet de loi de finances pour 2019 — Après l'article 2

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Coquerel :

Il faut bien que quelqu'un parle contre cet amendement. Je veux bien jouer ce rôle. La proposition ne me semble pas constituer une bonne solution pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, dans les zones de désertification médicale, qu'elles soient rurales ou périurbaines – car ce phénomène existe aussi en Seine-Saint-Denis – , on observe que lorsque certains médecins s'installent dans les zones franches, la désertification se crée tout autour. C'est la première raison pour laquelle l'amendement ne me convainc pas.

Pour faire face à cela, trois voies étaient possibles. La première qui, apparemment, va être suivie, est de mettre fin à la stupidité du numerus clausus. La deuxième consiste à imaginer plus de centres de santé. La troisième, que, pour notre part, nous proposons d'emprunter, est de recruter des médecins fonctionnaires qui, parce qu'on leur paiera leurs études, accepteront de se rendre dans ces zones ; nous proposons d'en embaucher 10 000 en cinq ans, ce qui coûterait 70 millions d'euros par an, soit beaucoup moins cher que les exonérations et les abattements fiscaux que vous proposez.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion