⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Fabien Roussel

Séance en hémicycle du vendredi 19 octobre 2018 à 21h30
Projet de loi de finances pour 2019 — Après l'article 16

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabien Roussel :

Nous proposons, par cet amendement, de limiter à 100 000 euros par bénéficiaire la possibilité de transmettre, avec une exonération totale de droits, des contrats d'assurance-vie. Il s'agit ainsi d'harmoniser les règles valables en la matière avec le régime normal des droits de succession.

En ramenant à 100 000 euros l'abattement applicable dans ce cadre, nous ne toucherons pas à l'immense majorité des contrats d'assurance-vie. En effet, l'essentiel du marché de l'assurance-vie est constitué d'une clientèle dite grand public, qui gagne jusqu'à 50 000 euros par an : ces personnes détiennent 82 % des contrats pour 50 % des encours, leur encours moyen étant de 18 800 euros. Ces personnes ne seraient pas affectées par cet amendement.

Quant à la clientèle dite patrimoniale, qui était soumise à feu l'ISF et concentre 39 % des encours globaux, elle est composée de personnes dont la capacité d'épargne est importante : leur encours moyen est d'environ 66 000 euros. Ces personnes ne seraient pas non plus affectées.

Il en va différemment, en revanche, de la clientèle appartenant à la catégorie de la gestion privée. Ces personnes gagnent plus de 500 000 euros par an en moyenne. Il ne s'agit que de 18 000 foyers au total, soit 0,05 % de la population. Leurs contrats représentent 11 % de l'encours global, et le contrat moyen s'élève à 200 000 euros. Eux seraient concernés par la mesure, ce qui ne nous dérange pas, puisqu'ils disposent de revenus importants. Ils participeraient ainsi à la redistribution des richesses dans notre pays.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion