Intervention de Christophe Castaner

Séance en hémicycle du mardi 4 décembre 2018 à 15h00
Questions au gouvernement — Mouvement des gilets jaunes et maintien de l'ordre public

Christophe Castaner, ministre de l'intérieur :

Vous le savez, les ministres de l'intérieur successifs ont toujours refusé d'autoriser des manifestations sur cette avenue en raison des difficultés à la sécuriser. Pourtant, sous l'autorité du Premier ministre, nous avons souhaité tendre la main aux gilets jaunes qui voulaient manifester sur les Champs-Élysées. Seules 700 personnes y sont venues. Une seule condition était posée : il fallait ouvrir son sac pour permettre de vérifier l'absence d'armes par destination.

Ceux qui ont fait le choix de ne pas se soumettre à ce contrôle n'étaient pas des manifestants comme les autres. Ils ont pris le parti de se mêler à une foule de casseurs qui ont immédiatement attaqué les forces de l'ordre, dès huit heures cinquante du matin, et sont restés à leurs côtés. Ils sont donc aussi responsables, je vous le dis, de l'atteinte innommable à l'Arc de triomphe, des attaques contre des commerces, pour certains avec des tronçonneuses utilisées à même les vitres alors que des clients étaient présents à l'intérieur.

Les 5 600 membres des forces de l'ordre ont fait preuve d'un grand courage, reconnu de tous. Différentes forces ont été mobilisées et, contrairement à ce que j'ai pu entendre, 3 200 de ces personnels étaient mobiles et se sont déplacés au fil de la journée pour intervenir partout.

Nous devons prendre acte que les modes d'organisation ont changé. Ce matin, j'ai rencontré la maire de Paris et les maires d'arrondissement ainsi que l'ensemble des responsables syndicaux. Nous allons proposer une modification de notre mode d'intervention afin de le renforcer. Vous comprendrez que je ne peux pas le présenter ici, en direct, devant la télévision, car il devra être suffisamment efficace pour que les auteurs de faits comparables à ceux que nous avons connus samedi dernier soient immédiatement interpellés puis, je n'en doute pas, sanctionnés.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion