⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Christophe Castaner

Séance en hémicycle du mercredi 30 janvier 2019 à 21h45
Prévention et sanction des violences lors des manifestations — Après l'article 3 bis

Christophe Castaner, ministre de l'intérieur :

Pour ma part, ce que j'ai constaté un peu plus tôt, c'est le soutien de certains à la demande qu'une manifestation puisse se dérouler sur les Champs-Élysées. Pourquoi pas là, ai-je entendu ? Eh bien, tout simplement parce que les ministres de l'intérieur précédents, qui n'étaient pas plus couillons que l'actuel, ont toujours pensé qu'il serait totalement idiot, compte tenu des dégâts encourus, d'autoriser une manifestation à cet emplacement.

Nous avons cependant tendu la main et proposé un parcours resserré. Pour y accéder, il suffisait d'accepter d'ouvrir son sac, afin d'éviter que l'on puisse entrer avec une arme par destination. Or, à l'exception de quelque 400 personnes qui ont effectivement manifesté sur les Champs-Élysées, un grand nombre n'a pas voulu y consentir et se sont dirigées vers la place de l'Étoile. Chacun se souvient du résultat.

La désescalade consiste à discuter avec les manifestants et à leur faire des propositions. Encore faut-il que la manifestation soit déclarée. Tel n'était pas le cas. Je vous rappelle que, le 17 novembre, aucun des 1 210 points de manifestation n'avait fait l'objet d'une déclaration.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion