⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Marietta Karamanli

Séance en hémicycle du mercredi 30 janvier 2019 à 21h45
Prévention et sanction des violences lors des manifestations — Après l'article 3 bis

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarietta Karamanli :

Nous souhaitons encadrer un peu mieux l'interdiction des LBD. Tout le monde convient que cette arme a un degré de dangerosité disproportionné au regard de ses objectifs – c'est ce qu'ont affirmé non seulement le Défenseur de droits, mais également des responsables de police amenés à utiliser cette arme. J'ai été très sensible aux propos de M. le ministre sur la question de la doctrine d'emploi et la manière dont nous pouvons faire évoluer nos modes opérationnels dans ce type de manifestations. Regardons ce qui se passe chez nos voisins, notamment en Allemagne et en Grande-Bretagne, des pays qui utilisent d'autres techniques et d'autres matériels. La France est parmi les derniers pays d'Europe qui emploient cette arme reconnue comme dangereuse, comme cela a été rappelé à plusieurs reprises.

Monsieur le ministre, le groupe de travail composé de représentants des ministères de la justice et de l'intérieur a peut-être produit des éléments sur l'utilisation de cette arme dont nous n'aurions pas connaissance ? Pourriez-vous nous communiquer ces données par mail ?

Je vous appelle donc à avancer sur cette question et à ouvrir le débat sur l'utilisation de cette arme.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion