Intervention de Ludovic Mendes

Séance en hémicycle du mercredi 18 décembre 2019 à 15h00
Lutte contre le gaspillage et économie circulaire — Après l'article 8 bis (amendements appelés par priorité)

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLudovic Mendes :

Je crois qu'il y a un malentendu. Je ne parle pas seulement des bouteilles, mais aussi de tous les contenants en plastique à usage unique. Rien qu'à Paris, ce sont 500 000 personnes qui consomment chaque jour des plats à emporter, ce qui représente 15 tonnes d'emballage en plastique. Et ces chiffres, je le répète, ne concernent que le secteur du snacking, de la restauration à emporter, hors domicile.

Nous avons tous vu des reportages sur des restaurateurs qui, engagés dans une démarche écologique, font usage de contenants en plastique réemployables, que le consommateur peut rapporter chez lui ou que l'on réutilise après nettoyage.

Cette logique devrait être incontournable ; or elle ne l'est pas, et cela coûte beaucoup d'argent à la collectivité. À travers ma démarche, j'entends donc responsabiliser le secteur, qui ne décidera pas seul de changer ses pratiques si on ne lui interdit pas l'usage des contenants en plastique à usage unique pour la vente à emporter.

Ce combat, nous devons le mener tous ensemble. L'entreprise Ecocup, pour ne pas la nommer, est en mesure de fournir les produits dont je parle. La France possède des acteurs, une filière capable de le faire. Il serait donc bienvenu que le législateur vote l'interdiction pour laquelle je plaide. Si nous ne le faisons pas aujourd'hui, alors nous ne le ferons jamais car les filières, même si elles souscrivent à ce que je propose, continueront malgré tout à recourir aux contenants en plastique à usage unique. Je ne retirerai donc pas mes amendements.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion