Intervention de Agnès Buzyn

Séance en hémicycle du mardi 4 février 2020 à 21h30
Débat sur le financement des retraites

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé :

Merci, monsieur le député, d'avoir rappelé toutes les inquiétudes exprimées par les Français. Le Gouvernement travaille évidemment sur ces questions depuis longtemps avec les partenaires sociaux. Nous avons, tout aussi évidemment, entendu leur demande d'être mis en responsabilité quant à l'équilibre à trouver d'ici à 2027, car c'est une sécurité que nous offrons à nos enfants que de ne pas mettre en place un nouveau système de retraites en creusant une dette qu'il leur reviendrait de rembourser.

Nous avons fait le choix de la confiance envers les partenaires sociaux. Le Premier ministre leur a adressé un courrier qui stipule très clairement qu'il revient à la conférence d'équilibre et de financement de trouver les modalités qui, à l'exclusion de la baisse des pensions ou de la hausse du travail, permettront d'assurer un système à l'équilibre en 2027. Ces travaux débutent aujourd'hui sous la responsabilité de Jean-Jacques Marette.

Parce que je respecte la démocratie sociale, je laisse aux partenaires sociaux le soin de trouver la méthode pour aboutir à cet équilibre, mais cette réforme ne pourra pas débuter sans un équilibre financier. C'est l'engagement que le Président de la République a pris devant les Français et il conviendra, selon la méthode qui sera trouvée pour le financement et sa gouvernance ultérieure, de financer les acquis sociaux que nous souhaitons tout autant que vous. Vous avez cité un certain nombre de populations précaires : nous souhaitons améliorer les droits de certains, notamment des plus précaires. C'est l'objectif de cette réforme, une réforme de redistribution, profondément sociale, qu'il faudra financer.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion