⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Agnès Firmin Le Bodo

Séance en hémicycle du mardi 24 novembre 2020 à 21h00
Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 — Article 17 bis a

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAgnès Firmin Le Bodo :

Je me suis inscrite sur cet article puisque l'adoption de l'amendement no 272 de la commission des affaires sociales rendrait mon amendement no 417 sans objet.

Je soutiens la proposition qui a été votée par nos collègues sénateurs parce que cela fait maintenant quatre PLFSS que nous vous alertons sur la situation compliquée que subissent les grossistes-répartiteurs. Ces derniers emploient 12 000 personnes en France, approvisionnent tous les jours 20 000 pharmacies, ont livré 700 millions de masques pour le compte de l'État pendant la crise sanitaire, distribuent en ce moment même aux EHPAD le stock d'État des vaccins contre la grippe et seront sollicités, s'ils existent encore, pour distribuer le vaccin contre la covid-19.

Les discussions durent depuis quatre ans. Vous allez sans doute nous annoncer une énième réunion avec l'administration. Maintenant, ça suffit : vous êtes face à un vrai choix politique et c'est bien une décision politique qu'il faut prendre. Oui ou non acceptez-vous la réforme structurelle demandée par les grossistes-répartiteurs ? Oui ou non allons-nous baisser le taux de la contribution sur le chiffre d'affaires des établissements de vente en gros, comme le réclame le Sénat et comme nous le demandons avec constance depuis maintenant quatre années ?

Ce soir, je le répète, vous êtes face à un vrai choix politique. Les grossistes-répartiteurs participent aussi à l'organisation territoriale ; leur disparition affecte avant tout les pharmacies d'officine situées en milieu rural, au risque d'y rendre encore plus difficile l'accès aux soins. Il est urgent d'agir en conservant cet article.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion