⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Éric Woerth

Séance en hémicycle du lundi 14 décembre 2020 à 16h00
Projet de loi de finances pour 2021 — Article liminaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Woerth, président de la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire :

Comme il l'avait fait en première lecture, le groupe Les Républicains relate par cet amendement la chronique d'une dette annoncée, car elle ne survient pas ainsi sans causes. Il faut en observer le cheminement et constater que quel que soit le scénario choisi parmi ceux que nous proposons, elle s'établira toujours à un niveau considérable en 2025, aux alentours de 120 % du PIB. Il peut bien sûr y avoir de bonnes nouvelles et la situation pourrait s'avérer plus favorable, mais même dans le cas d'un scénario plutôt optimiste, le taux d'endettement atteindrait toujours un niveau extrêmement élevé de 117 % environ. La dette que la France lèvera sur les marchés l'année prochaine s'élève presque au niveau des pensions versées aux Français. Ces dépenses sont si sensibles qu'on peut dès lors s'interroger sur la capacité de notre pays à y faire face, sur son autonomie et même sa souveraineté. La dette atteint désormais un montant équivalent à deux ans et demi de recettes fiscales et sociales.

Il ne suffit pas de dire, comme le fait le Gouvernement, que l'on a pleinement conscience du niveau de dette mais que l'on s'en préoccupera plus tard. Il faut d'abord la stabiliser. Pour cela, les nouvelles dépenses de fonctionnement – que nous ne contestons pas – , prévues par le Gouvernement pour faire face à l'urgence, doivent selon nous être financées grâce à la suppression de certaines dépenses figurant actuellement dans le plan de relance. Entre le court terme et le moyen terme, il faut arbitrer en faveur du premier, même si le moyen terme est évidemment nécessaire pour générer une croissance potentielle supplémentaire. Autrement, le Gouvernement continuera d'accroître et d'empiler la dette alors qu'il faut la stabiliser. Les dépenses supplémentaires visant à répondre à l'urgence doivent être consenties à endettement constant.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion