⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Jean-Luc Mélenchon pour ce dossier

15 interventions trouvées.

La présente proposition de résolution invite l'Assemblée nationale de notre République à se prononcer sur une mesure de salut public qui, si elle était adoptée, ne serait pas immédiatement appliquée, puisqu'il faudrait convaincre nos partenaires de sa nécessité et prendre pour cela des initiatives diplomatiques : du moins, elle donnerait la for...

La crise ne fait que commencer, hélas, pour nous tous. Fort heureusement, il semble que le virus soit saisonnier ou, du moins, que le risque de contamination soit moins élevé que prévu – je n'en sais rien, évidemment, je n'ai pas autorité en la matière. Ce dont je suis certain, en revanche, c'est qu'arrive vers nous un véritable mascaret, qui r...

Sans polémiquer, j'affirme qu'il n'est pas vrai que le plan de relance prévu en France et que celui annoncé par l'Union européenne soient suffisants pour remettre en route la machine. Il suffit de comparer les quantités qu'ils mettent en mouvement l'un et l'autre. Pour ce qui concerne le plan européen, la masse dont il a été décidé représente ...

C'est pourtant dans la zone sud de l'Europe que se produit l'essentiel de la richesse européenne. S'il est vrai que l'Allemagne est la première puissance économique européenne, la deuxième, la troisième et la quatrième puissances sont la France, l'Italie et l'Espagne, qui la concurrencent dans maints domaines.

Nous ne pouvons donc pas continuer d'accepter que l'on nous présente la situation actuelle comme une évidence. Elle n'en est pas une pour moi et je sais que je ne suis pas le seul à le penser. Que dire des efforts auxquels l'État devrait consentir s'il avait la volonté de planifier le déconfinement économique – comme il devrait l'être – , afin...

Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Voici donc dressé le cadre général. Voyons maintenant comment il se télescope avec le calendrier. Le mois de juin est le moment du benchmarking trimestriel et semestriel. Au cours de l'été, les entreprises discuteront avec leurs banques pour savoir comment seront reconduits les crédits. À la rentrée d...

N'est-ce pas étonnant que l'ex-banquier central Mario Draghi soit, lui aussi, partisan de l'annulation de la dette, tout comme le gouverneur de la Banque de France et M. François Bayrou, cher à quelques-uns d'entre vous, estimé par les autres ?

Tous disent qu'il faut bloquer la dette de la France. Pour cela, deux étapes seront nécessaires. Tout d'abord, la petite annulation : 18 % de la dette des Français pourraient immédiatement être gelés, ce qui annulerait l'ensemble de la dette liée à la crise sanitaire due au covid-19. Ensuite, la grande annulation : le reste de la dette continu...

La mesure que je propose ne constitue une spoliation pour personne. Elle ne crée ni inflation ni désordre. Jamais, dans l'histoire, des dettes d'une telle ampleur n'ont été payées. Il n'y a, en vérité, que quatre solutions : le paiement de la dette – auquel il faudrait consacrer toute notre existence – , l'hyperinflation, la banqueroute ou la g...

Vraiment, nous nous serons très mal compris : vous n'avez pas répondu aux questions que je soulève, monsieur le secrétaire d'État, pas plus que certains de mes collègues, dont M. M'jid El Guerrab, qui fait comme si je parlais de la dette détenue par des intervenants privés. Or je parle de la dette souveraine, qui se trouve dans le coffre de la ...

Où est le problème ? Vous arguez, monsieur le secrétaire d'État, que cette mesure pourrait avoir une conséquence inflationniste : or vous savez comme moi que la BCE est déjà intervenue à hauteur de 2 800 milliards d'euros, sans que cela induise un seul point d'inflation. Le précédent plan de relance, élaboré par M. Jean-Claude Juncker, s'élevai...

Vous dites que la mesure nuirait à la crédibilité de l'euro : pardon de vous rappeler que le ministre Bruno Le Maire, qui n'est pas exactement l'un de vos adversaires politiques, …

… affirme que la zone euro éclaterait si les pays ressortaient du confinement économique avec un trop grand déséquilibre politique. Le tribunal constitutionnel de Karlsruhe a décidé, de manière insupportable, …

… de remettre en cause la position de la BCE, ce qui a immédiatement augmenté le coût des emprunts souscrits par l'Italie et la France : …

… la plus grande menace pour la zone euro serait que des pays ne soient plus en état de payer. Voilà la vérité ! J'espère que tout le monde a bien compris que je propose ni de monétiser la dette, ni d'émettre des titres de dette, mais d'en transformer le contenu. Point barre. Cela ne coûterait rien à personne !