⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Laurence Vichnievsky pour ce dossier

8 interventions trouvées.

Je parle peu au cours de ces débats, mais c'est parce que je vous écoute tous. J'ai entendu tant d'arguments intéressants qui méritent d'être débattus, du point de vue du fond comme du point de vue juridique, sur des sujets qui nous touchent tous, que je suis vraiment déçue qu'ils ne soient pas évoqués aux bons articles.

En tant que législateur, je reconnais humblement que je suis frustrée, mais je ne désespère pas d'aborder, dans les heures qui viennent, tous les sujets essentiels, qui doivent être débattus conformément à la procédure parlementaire. Il faut arrêter d'utiliser celle-ci à des fins contraires aux intérêts de nos concitoyens, qui attendent de nous...

Même si nous avons examiné des sujets, non pas de détail, mais techniques et précis – presque des niches – , nous en sommes toujours aux principes généraux. Alors rappelons-les. Lorsqu'à la fin du processus législatif, le projet de loi sera adopté – ce dont, au fond, personne ne doute, dans la majorité comme dans l'opposition – ,…

… la France se sera dotée d'un système de retraite plus juste, plus moderne et plus pérenne.

Plus juste car il sera le même pour tous : pour les agents du service public, les salariés du secteur privé, les indépendants et les artisans, chaque point obtenu dans les mêmes conditions procurera les mêmes droits.

Plus adapté : qui aujourd'hui – pensez à nos enfants ! – effectue l'ensemble de son parcours professionnel chez un même employeur ? Presque personne.

Plus pérenne enfin, puisqu'une conférence de financement doit fixer les conditions de l'équilibre en tenant compte d'une double exigence : ne pas compromettre la compétitivité de nos entreprises car, sans elle, il n'y a pas de croissance et, partant, pas de financement possible ; garantir le pouvoir d'achat de nos aînés. Il est un fait incontes...

Tant mieux pour nous tous. Dans le demi-siècle à venir, le nombre des plus de 75 ans aura plus que doublé. Il faudra donc travailler plus pour ne pas compromettre les équilibres financiers, c'est une évidence. Je suis certaine que, si nous ne faisons rien maintenant, nos petits-enfants n'auront rien. Les réformes qui font gagner tout le monde s...