Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Caroline Janvier
Question N° 16629 au Ministère des solidarités


Question soumise le 5 février 2019

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

Mme Caroline Janvier attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les conditions de travail des sages-femmes libérales. Appelée maïeutique dans l'antiquité, la création des premières écoles des sages-femmes en 1803 structure l'exercice de cette profession en France. Les résultats sont flagrants avec, à l'époque, une baisse de la mortalité infantile et des femmes, hier l'accouchement sans douleur et aujourd'hui un parcours de soin centré sur les besoins de la femme. Les sages-femmes ont encouragé et accompagné ces mouvements. Pour être au plus proche des attentes des femmes, elles se sont organisées en dehors des structures hospitalières dans une activité libérale. Elles prônent une approche plus respectueuse et moins médicalisée de l'accouchement, avec la préparation à l'accouchement, des visites à domicile avant et après la naissance et parfois aussi la création de maison de naissance. Aussi, face à la difficulté des femmes à prendre des rendez-vous auprès des gynécologues, les sages-femmes sont devenues l'acteur privilégié de la santé des femmes. Ce rôle spécifique a été reconnu par les pouvoirs publics en étendant leurs compétences au suivi gynécologique et à la contraception. Pourtant, la désillusion chez les sages-femmes libérales est aujourd'hui réelle. Elles s'estiment incapables financièrement d'exercer leurs missions et évoquent la face noire du libéralisme. D'après le « Portrait des professionnels de santé » de la Drees (2016), les sages-femmes libérales sont la profession libérale la moins rémunérée. En moyenne, une sage-femme libérale dégage un revenu d'activité, c'est-à-dire le chiffre d'affaires avant charges, de 30 000 euros par an, malgré son niveau d'étude Bac+5. À titre de comparaison, une infirmière libérale génère 47 700 euros par an et un dentiste 102 700 euros par an. Un autre chiffrage de l'assurance maladie montre que les honoraires des sages-femmes s'élèvent à 2/3 des auxiliaires médicaux et à moins du tiers des honoraires de médecins. Pour maintenir un équilibre financier dans ces conditions précaires, plus d'un tiers des sages-femmes exercent une activité mixte, libérale et salariale. Cette charge de travail supplémentaire se fait au détriment de leur équilibre personnel et beaucoup sont contraintes de retarder leur projet d'enfants. Parce que plus de 98 % des sages-femmes sont des femmes, la rémunération adéquate des sages-femmes est aussi un réel enjeu d'égalité homme-femme. Elle souhaiterait savoir quelles sont les mesures que le Gouvernement entend adopter pour valoriser la profession de sage-femme libérale, leur garantir l'équilibre financier et accompagner ces professionnels dans l'évolution de leur métier.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

4 commentaires :

Le 01/03/2019 à 17:31, Sarah Conte a dit :

Avatar par défaut

Ce salaire à bac+5 vous choque, mais les revendications salariales des professeurs des écoles et enseignants non ? Ils sont pourtant bac+5 également. Faites quelque chose !

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 01/03/2019 à 18:22, Printk a dit :

Avatar par défaut

Mme la députée, qu'attendez-ous pour défendre la cause des enseignants (comme votre défense des sages femmes).

Pour votre info, notre salaire est 27.3% inférieur aux autres fonctionnaires d'État catégorie A (source : rapport insee 29.8.2018). Rien ne justifie une telle différence d'autant plus que notre concours est à bac +5 contrairement aux autre fonctionnaires cadre A, à bac +3.

Par exemple, à 15 ans d'ancienneté : un prof gagne 2035 EUR net contre 3035 eur net pour un inspecteur des finances publiques (bac +3 !!!).

Qu'attendez-vous ppur défendre notre cause à moins que vous pensiez comme dans le rapport pochard de 2008 (page 55) que le salaire des profs est un salaire d'appoint car hyper feminisé (ex : 82% des PE sont des femmes) !

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 01/03/2019 à 18:42, Nady a dit :

Avatar par défaut

Je suis professeur des écoles.

J’ai eu ma licence.

J’ai préparé pendant un an mon concours, concours que j’ai eu alors que seuls 25% des candidats ont réussi à le décrocher dans mon académie.

Puis, j’ai été professeur stagiaire pendant un an avec présentation d’un mémoire à la fin de ma formation. J’ai obtenu les félicitations du jury pour ce mémoire.

Je comptabilise donc 5 ans d’etudes après le bac avec un niveau pas trop dégoûtant de savoirs, savoir-faire et savoir-être.

A présent, j’ai 12 ans d’ancienneté.

Mon salaire est de 1885,30€ (Prime ISAE comprise) par mois avec donc un bac+5 et plus de 10 ans d’ancienneté.

Soit un salaire annuel de 22623,60€, prime comprise pour être amenée à enseigner en maternelle (enfants à partir de 2 ans), en élémentaire (enfants jusqu'à 12 ans), en SEGPA (élèves de collège), en ULIS (Unités localisées pour l’inclusion scolaire), en IME (instituts Médico-Educatifs), et en ITEP (Instituts Thérapeutiques éducatifs et pédagogiques).

Oui car c’est ça être professeur des écoles : c’est être capable d’enseigner face à "un large spectre d’enfants".

Ça demande une énorme polyvalence et tout autant de connaissances et compétences professionnelles très diversifiées.

Est-ce que vous trouvez ça également anormal que nous touchions si peu ?

22623€ par an après 12 ans d’ancienneté... Niveau bac+5.

Moi aussi, tout comme mes collègues de maternelle, élémentaire, collège et lycée, j’ai entre les mains la vie et l’avenir d’enfants.

Pourtant je me sens méprisée par le manque de reconnaissance salariale.

Estimez-vous que comme les sages-femmes que vous défendez, les enseignants ne sont pas assez payés ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 01/03/2019 à 19:46, Printk a dit :

Avatar par défaut

Désolé pour les quelques fautes dans mon précédent post (écriture sur téléphone) :Vous / autreS / pour.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion