Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Arnaud Viala
Question N° 7507 au Ministère des solidarités


Question soumise le 17 avril 2018

M. Arnaud Viala attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la reconnaissance de l'hypersensibilité chimique multiple comme une maladie à part entière. L'hypersensibilité chimique multiple ou MCS est une pathologie chronique et invalidante qui touche près de 10 % de la population française dont 3 % gravement atteints. Le MCS fait partie des maladies dites environnementales, résultant d'expositions cumulées et chroniques d'agents présents dans l'environnement. Les substances les plus couramment citées incluent les produits parfumés, les pesticides, les plastiques, les tissus synthétiques, la fumée, le pétrole et ses dérivés, et les émanations de peinture. Les symptômes sont généralement non-spécifiques, comme la nausée, la fatigue chronique, les vertiges et les migraines, mais aussi communément de l'asthme, des inflammations de la peau, des articulations, des voies gastro-intestinales et des voies respiratoires. La sensibilité aux produits chimiques des patients atteints de MCS beaucoup plus importante que chez les personnes non atteintes. Il n'existe pas de traitement pour guérir ce syndrome. La seule solution efficace consiste à supprimer les sources chimiques qui déclenchent les symptômes ce qui peut présenter de nombreux inconvénient dans la vie quotidienne. Aujourd'hui en France, aucune prise en charge spécifique n'est proposée aux patients qui souffrent de MCS, même si la maladie commence à se faire connaître. À titre d'exemple, l'administration de la sécurité sociale aux États-Unis reconnaît l'hypersensibilité chimique multiple comme une cause d'invalidité à long terme, au cas par cas. Il lui demande que la France reconnaisse l'hypersensibilité chimique multiple comme étant une maladie à part entière afin d'apporter des soins adapter et de garantir une meilleure prise en charge des personnes qui en souffrent.

Réponse émise le 24 avril 2018

Le syndrome de l'hypersensibilité chimique, malgré les recherches étiopathogéniques qui lui ont été consacrées, demeure médicalement inexpliqué. Les personnes concernées peuvent être prises en charge par les centres de consultations de pathologies professionnelles (CCPP). Actuellement, les 32 CCPP sont réunis au sein du réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P), réseau national d'experts médicaux qui recense de façon systématique et standardisée l'ensemble des problèmes de santé au travail donnant lieu à une consultation dans un de ces CCPP. Ce réseau a pour vocation essentielle de détecter des liens non connus entre santé et travail mais a également développé une compétence sur les questions de santé liées à l'environnement en général. L'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) en assure la coordination depuis 2006. Par ailleurs, une expertise sur l'électro-hypersensibilité est actuellement en cours de réalisation au sein de l'ANSES. Le pré-rapport des travaux d'expertise a été mis en consultation publique du 28 juillet au 30 septembre 2016 sur le site internet de l'agence. Les observations formulées sont actuellement examinées par le groupe d'experts en charge des travaux. Le rapport définitif et l'avis de l'agence devraient être publiés en 2018. Ces travaux relatifs aux champs électromagnétiques pourraient être ensuite complétés par des travaux sur l'hypersensibilité chimique.

2 commentaires :

Le 19/04/2018 à 09:22, Coquibus a dit :

Avatar par défaut

Je parie que vous allez recevoir en réponse un presque copier coller de : - http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-5923QE.htm mais je reconnais qu'il fallait une fois de plus poser cette même question. Merci monsieur le député de l'avoir fait. La députée de mon département à qui j'ai écrit ne m'a même pas répondu. Ma conviction est que, c'est également à partir de l'offre de l'OMS - qu'il faut agir - Révision du Classement International des Maladies (CIM ) Puisque l' OMS demande l'avis à ce sujet des médecins, des infirmières et des associations de malades...et autres

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 27/04/2018 à 16:03, Coquibus a dit :

Avatar par défaut

La réponse de l'Administration est loin d'être satisfaisante. Elle montre une méconnaissance du sujet ou une volonté de ne pas répondre. La maladie " Hypersensibilité Chimique multiple ou Multiple chemical sensitivity est différente de l'Electrosensibilité. Dans le premier cas HCM/MCS il y a dans l'air un produit chimique, que nous savons prélever, analyser, identifier et, décrire ensuite ses effets connus sur les humains. La maladie est un abaissement du seuil de tolérance à ces produits chimiques par certains d'entre nous. Il n'y a donc aucune raison d'attendre encore une fois, les résultats concernant les champs électromagnétiques puisque l' HCM / MCS n'a rien à voir avec eux. Il s'agit ici d'une maladie liée à des produits chimiques identifiables. Une nouvelle question mériterait d'être posée.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion