Les amendements de Rodrigo Arenas pour ce dossier

7 interventions trouvées.

Puisque vous avez évoqué les règles, madame la ministre, parlons-en ! C'est avec une indignation contenue que je m'adresse à vous ce soir, car depuis qu'Emmanuel Macron est entré en fonction, en 2017, il n'a eu de cesse de vouloir changer l'école, imposant à tous les enseignants et à tous les élèves de France un rythme effréné de réformes, sans...

Ce qui lie toutes ces lois, tous ces règlements, tous ces décrets, pourrait se résumer en un seul mot : violence. En effet, depuis maintenant sept ans, les personnels sont méprisés, sous-payés, harcelés ; la volonté des parents s'est dissoute dans un mécanisme visant à anéantir le principe de coéducation, et les élèves sont brutalisés par ces ...

Il y a aussi les internats, qui ciblent les élèves les plus en difficulté et sont un facteur de discrimination, ou encore le « choc des savoirs » qui enferme les élèves dans un parcours de déclassement. Cette violence psychologique s'accompagne d'une violence matérielle et physique qui s'exerce régulièrement à l'encontre de nos jeunes. Je rapp...

J'ai vu la vidéo concernant l'un d'entre eux : bien qu'il ne manifeste aucune agressivité, il est encerclé par plusieurs policiers, arrêté puis giflé sans raison par deux fois, avant d'être placé en garde à vue – toujours sans raison, si ce n'est celle d'humilier et de faire subir une pression quasi insoutenable à des gamins d'à peine 16 ans à ...

Cette politique de malveillance et d'intimidation permanente de nos enfants est contraire à la Convention internationale des droits de l'enfant, dont nous défendons tous, dans cet hémicycle, les principes – la France a d'ailleurs ratifié ce traité. Alors je vous le demande, madame la ministre : que comptez-vous faire pour que les enfants de la...

Pardon, madame la présidente, mais j'ai dans ma circonscription un chef d'établissement qui invite les policiers à boire le café alors qu'ils giflent les élèves et les mettent en garde à vue ! C'est un scandale !

Vous avez raison, madame la présidente. Je m'excuse auprès de vous, mais pas auprès de Mme la ministre.