⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "écologie"

26 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFabien Di Filippo :

Vous parlez depuis seize minutes, et vous n'avez toujours rien dit sur l'écologie !

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurence Vichnievsky :

... la jeune Greta Thunberg, le Président de la République a d'ailleurs admis que, sur ce sujet, il fallait aller plus vite, plus fort, plus loin. Le groupe du Mouvement démocrate et apparentés est inquiet. D'abord, parce que nous sommes partis, comme bien d'autres pays, trop tard. Ensuite, parce que comme le disait mon collègue Millienne tout à l'heure, nous n'avons pas encore trouvé la voie d'une écologie protectrice et accompagnée. Ainsi en est-il de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui était pourtant une recommandation de la conférence de Paris ; de l'utilisation de l'huile de palme, que l'on doit associer à la déforestation en Indonésie, avec ses effets négatifs sur le climat et la biodiversité ; ou encore de l'utilisation persistante des pesticides. Il faudrait en outre sav...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAntoine Herth :

Monsieur le ministre d'État, lorsqu'on parle de « transition écologique », tout le monde entend « écologique », très peu de gens « transition ». Voilà l'origine d'une énorme méprise entre un discours politique qui entend par exemple décarboner les transports et la voix du peuple qui répond : « Touche pas à mon diesel ! » Ce que nous vivons n'est pas une crise de l'écologie, c'est une crise de la transition – celle-ci étant le mouvement qui consiste à partir d'un état présent connu de tous pour aller vers une situation future, présentée comme meilleure, mais que nos concitoyens peinent à imaginer. Cette crise, l'agriculture française y est confrontée depuis plus d'une décennie – je connais d'ailleurs peu de professions qui soient soumises à une telle pression. Les ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAdrien Quatennens :

...t où la pérennité de la vie humaine sur terre est menacée, rien de moins. C'est donc à ce niveau que nos débats devraient se situer. Or, quand je vous écoute, je m'inquiète. Nous sommes face à un défi tragique, mais un défi ô combien plus enthousiasmant que celui de la compétition généralisée ! Parce que l'humanité est au pied du mur, presque toutes les formations politiques se revendiquent de l'écologie : certaines le font de manière incantatoire en en reprenant le nom ; d'autres, inconséquentes, soutiennent qu'il est possible de mener une politique ambitieuse en ce domaine dans le cadre des traités européens actuels ; d'autres encore, à l'instar de La République en marche, réussissent l'exploit, au prix de basses manoeuvres politiciennes, de réunir tout et son contraire sur une même liste élect...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaVéronique Riotton :

À ceux qui en doutaient encore, le grand débat national a prouvé que l'écologie est au coeur des priorités des Français et doit donc guider chacune de nos actions publiques. Pour mener à bien la révolution industrielle environnementale, nous devons développer une écologie de la connaissance qui s'appuie sur des données scientifiques précises. Toutes nos actions, toutes nos lois, toutes nos réformes doivent être justifiées et évaluées à l'aune de leurs conséquences aussi bie...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaValérie Beauvais :

Si nous, Les Républicains, ne doutons pas de la nécessité absolue de préserver l'environnement, nous entendons promouvoir une écologie positive et responsable, porteuse de projets et d'emplois. Ainsi, plutôt que de condamner l'usage de la voiture et d'augmenter la fiscalité des carburants alors que 70 % des Français sont contraints d'utiliser ce mode de transport, nous préférons favoriser le développement de véritables filières industrielles françaises pour les énergies renouvelables. D'ailleurs, de lourds investissements en ce ...