⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Aude Amadou pour ce dossier

14 interventions trouvées.

La disposition que je souhaite mettre en avant concerne l'instauration d'un titre-sport. Ce dispositif, calqué sur le modèle du ticket-restaurant, permettrait de redynamiser le sport par le biais de l'entreprise. La crise sanitaire a révélé une nouvelle façon de consommer le sport, non plus à la manière d'un licencié sportif, mais d'une façon p...

La difficulté en matière de parité porte sur l'accompagnement. Elle est non pas d'inscrire la parité intégrale dans la loi, mais de réussir à l'appliquer. Il faudrait songer à faire appel à des personnalités qualifiées. Je donne mon propre exemple : j'ai pratiqué le handball pendant vingt ans, j'ai été sportive de haut niveau, mais si je voula...

Les présidents de fédération avec lesquels j'ai échangé sont favorables à la parité, mais connaissent des difficultés pour trouver les femmes qui pourraient les accompagner. L'introduction des personnalités qualifiées pourrait les y aider.

La démocratisation du sport passe par le renouvellement et la modernisation de la gouvernance de l'ensemble des instances. Je ne reprendrai pas mon exemple de tout à l'heure mais je rappelle que j'ai un parcours de sportif. Ce qu'il faut mettre en avant, c'est un débat d'idées, un débat sur les projets, alors que, depuis plus de vingt ans, on d...

Je vais retirer les deux amendements mais je déplore qu'on n'en soit pas resté à la proposition de loi que nous avions déposée avec le rapporteur et qui limitait le nombre de mandats à deux successifs.

Je crois que le vrai problème ne tient pas au nombre de mandats successifs d'un président de fédération, deux, trois ou quatre mandats, mais à la démocratisation du sport que nous demandons dans cette proposition de loi. Et démocratiser, c'est aussi donner un accès plus démocratique aux instances. J'en profite pour rappeler que mon amendement d...

Dans la lignée de mon amendement précédent, celui-ci s'appliquerait aux présidents de ligue professionnelle. On se rend bien compte que les enjeux sont tout autres que de favoriser ou non une carrière dans les instances internationales : ils sont vraiment nationaux. Un renouvellement plus fréquent serait souhaitable au moins pour certaines ligu...

C'est un amendement d'appel mais très important. On n'a aucune possibilité, dans le code du sport, d'appeler l'attention sur les collaborateurs et les métiers autour des agents sportifs, et leur contrôle est aujourd'hui beaucoup trop aléatoire au vu des enjeux que nous évoquons.

Il vise à faire en sorte que la compétence en matière de sport soit exercée de façon uniforme sur tout le territoire en l'accordant aux EPCI. L'idée est de rationaliser les coûts, de mutualiser les équipements sportifs et de mettre ceux-ci à la disposition de la population de manière plus satisfaisante.

Il est regrettable que la commission n'ait pas étudié ce sujet majeur qui, pour le coup, relève réellement du domaine du législatif. Toutefois, sensible aux arguments de Mme la ministre déléguée, je retire l'amendement.

L'obsession pour les objectifs de développement durable me pose un problème. Je rappelle que les ODD ont notamment été fixés dans l'optique de mieux organiser l'aide publique au développement. En l'occurrence, leur instrumentalisation me dérange, car il s'agit certes de principes louables, qui méritent d'être défendus, mais les dix-sept ODD ne...

Il se fonde sur l'article 100 de notre règlement. Je m'interroge sur les objectifs de cette proposition de loi visant à démocratiser le sport. À mon sens, la démocratisation doit passer par une meilleure accessibilité, par davantage de représentation et par un fonctionnement plus démocratique des instances. Je déplore qu'un tiers de mes amendem...

Je souhaite saisir le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, pour lui demander de faire preuve de davantage de vigilance. En prenant trop de précautions fondées sur la jurisprudence, on restreint notre droit d'amender et on ne répond plus aux attentes réelles des citoyens que nous représentons. Je sais très bien ce que m'a apport...

On sait pourtant très bien que sans eux, il n'y a pas de sport. Le texte n'évoque pas tous ces sujets.