Intervention de Frédérique Vidal

Séance en hémicycle du mardi 10 avril 2018 à 15h00
Questions au gouvernement — Violences dans les universités

Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation :

Permettez-moi enfin d'ajouter, madame la députée, que cultiver le débat, c'est aussi entendre toutes les voix : celles qui s'expriment en assemblée générale, celles qui s'expriment par vote électronique, celles qui s'expriment lorsque la majorité des organisations syndicales représentatives vote pour la loi, celles qui s'expriment au Parlement. Croire dans le débat, dans l'échange et dans la démocratie, c'est accepter d'entendre la voix du plus grand nombre, dont personne n'est propriétaire.

1 commentaire :

Le 17/04/2018 à 21:14, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Croire dans le débat, dans l'échange et dans la démocratie, c'est accepter d'entendre la voix du plus grand nombre, dont personne n'est propriétaire."

La voix du plus grand nombre, sans passer par l'individu, ce n'est le plus souvent que le tumulte, c'est la voix des plus bruyants, des plus violents, c'est la voix des casseurs finalement, M. Vidal défend en fin de compte ceux qu'il entend combattre. La voix de la démocratie, c'est nécessairement, c'est forcément celle de l'individu. Toute tentative pour passer outre la voix de l'individu, du citoyen, ne peut mener qu'à la dictature de la violence, celle que M. Vidal entend combattre, mais qu'il défend en fait, plus par maladresse que réelle adhésion sans doute, mais le sens est là.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion