Intervention de Moetai Brotherson

Séance en hémicycle du mercredi 11 juillet 2018 à 15h00
Démocratie plus représentative responsable et efficace — Avant l'article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMoetai Brotherson :

À l'instar du Président de la République, nous ne voulons pas que la scène internationale soit le théâtre d'un sport confortable, d'un jeu pour diplomates assis, instrument des faibles qui n'existerait plus que par langueur, par oubli de l'histoire qui nous a faits, laissant s'installer l'idée que l'on est plus fort hors du multilatéralisme. La paix s'est construite grâce au ciment que constitue le rapprochement des peuples et des États. Il est de notre devoir d'appeler toutes les forces vives de l'Europe et du monde à s'agréger pour bâtir un monde plus sûr.

L'ONU et l'Europe des peuples et des nations sont les deux faces d'une même pièce. Nous avons besoin du multilatéralisme, affirmait le Président de la République. Selon lui, c'est la règle du droit, c'est l'échange entre les peuples, c'est l'égalité de chacune et de chacun d'entre nous, c'est ce qui nous permet de construire la paix et de relever chacun de nos défis.

Pourtant, aujourd'hui, cette règle de droit est aussi importante qu'absente de notre bloc de constitutionnalité. Le présent amendement a pour objet d'y remédier en faisant en sorte que nos actes internationaux présents et futurs, ainsi que leur application, ne puissent constitutionnellement se soustraire aux principes fondateurs de la paix internationale. L'objectif est d'accompagner un projet européen en faveur des peuples : celui-ci est la clef de voûte de la paix, qui sans lui n'est que précaire.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion