⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Mounir Belhamiti

Séance en hémicycle du mercredi 10 octobre 2018 à 15h00
Questions au gouvernement — Situation dans les universités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMounir Belhamiti :

Je vous remercie, monsieur le président, chers collègues.

Madame la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, hier, à Rennes et à Tolbiac, des individus, souvent extérieurs au monde étudiant, ont tenté d'occuper avec violence des locaux universitaires. Dégrader des équipements publics pour protester contre « les politiques de casse du service public », quel paradoxe ! Un paradoxe qui serait risible si les premières victimes de ces actes n'étaient pas celles et ceux qui, précisément, ont le plus besoin de l'enseignement public. Pour beaucoup de nos jeunes, seule l'éducation libère, seule l'éducation prépare à de nouvelles perspectives professionnelles et sociales. L'éducation est leur bien le plus précieux, j'en sais quelque chose. S'attaquer à l'université, tenter, contre la volonté de la majorité des étudiants, d'empêcher la tenue des cours, ce n'est pas défendre des idées, c'est compromettre l'avenir de milliers de jeunes qui n'ont rien d'autre pour réussir.

1 commentaire :

Le 14/10/2018 à 08:00, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" S'attaquer à l'université, tenter, contre la volonté de la majorité des étudiants, d'empêcher la tenue des cours, ce n'est pas défendre des idées, c'est compromettre l'avenir de milliers de jeunes qui n'ont rien d'autre pour réussir."

L'université, notamment dans les lettres et sciences humaines, est le lieu du conservatisme intellectuel le plus dur et absurde. Et il y a un conservatisme de gauche. L'idéologie règne en maître, la recherche est dénuée d'esprit critique, et les cours sont la caisse de résonance de cette fausse intellectualité. Dès lors, le malaise citoyen s'instaure, et il est légitime de se soulever contre un ordre intellectuel véhiculant des idées fausses, faibles, sans consistance, et de plus n'offrant aucun débouché sur le monde du travail.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion