Intervention de Marie-France Lorho

Séance en hémicycle du mardi 4 décembre 2018 à 15h00
Programmation 2018-2022 et réforme de la justice — Article 45 quater

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMarie-France Lorho :

Dans votre volonté de désengorger à tout prix les prisons, vous promouvez un dispositif qui ne peut en aucun cas constituer une réponse judiciaire entièrement satisfaisante. Le taux de personnes placées sous surveillance électronique – 12,4 % – est déjà suffisamment élevé. Sous une autre législature, Georges Fenech avait publié un rapport parlementaire indiquant qu'une substitution des peines de prison par de la surveillance électronique était ingérable sur le long terme. « En France, indiquait-il, tous les agents de probation, tous les juges d'application des peines vous diront qu'au-delà de quatre ou six mois la surveillance fixe devient pratiquement ingérable. La surveillance mobile, c'est encore pire puisque vous avez les barreaux dans la tête. »

Je m'oppose à la systématisation de ce dispositif, qui apparaît déraisonnable dans le climat actuel d'ensauvagement de la société.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion