Intervention de Anne Genetet

Réunion du mercredi 3 octobre 2018 à 16h30
Commission des affaires étrangères

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnne Genetet, rapporteure pour avis sur la mission Action extérieure de l'Etat :

Je pense qu'il faut aussi remercier notre ministre, qui a su faire preuve de détermination pour obtenir gain de cause.

Notre audition étant publique, je voudrais rappeler les missions de nos postes diplomatiques, qui ne sont pas seulement la diplomatie comme on pourrait le croire, mais aussi le rayonnement de la France et la sécurité des Français qu'ils soient de passage, en touristes ou établis. Ces missions sont souvent mal comprises, et je pense que l'une des raisons pour lesquelles on coupe facilement les budgets de ce ministère, tient à la méconnaissance de ce que nous faisons à l'étranger. Je voudrais d'ailleurs saluer ce que font tous nos agents dans les différents pays, un travail remarquable et totalement invisible pour nous qui sommes ici, et sans lesquels la France n'aurait pas la place qu'elle a sur la scène internationale. Je citerai également le cas de la Grande-Bretagne qui, en raison de soucis budgétaires, avait fait le choix, entre 2010 et 2015, de couper son budget par deux et de réduire sa présence universelle du réseau en supprimant des postes. Or, depuis 2017, elle a fait marche arrière. Il serait intéressant de comprendre pourquoi.

Monsieur le ministre, je voudrais déjà vous poser la question suivante : dans le budget tel qu'il a été défini pour le moment, et qui est tout de même assez tendu, quelle marge d'économies avez-vous ? Je sais que Bercy est toujours à l'affût de toutes les économies que l'on pourrait faire, et j'ai compris que notre ministre des comptes publics a deux préoccupations : combien ça coûte, et combien ça rapporte ?

Et si vous ne voyez pas de marge, quel changement de paradigme envisageriez-vous, s'agissant du fonctionnement de nos postes ? Quelle révolution préconiseriez-vous dans les méthodes ? Il ne faudrait pas que parmi les trois missions du ministère, la diplomatie, le rayonnement et sécurité des Français, on en sacrifie une au profit des deux autres. Je vise le fonctionnement des postes dans leur ensemble.

S'agissant plus particulièrement des Français établis ou de passage en France, quelle suite pensez-vous donner à certaines des propositions que j'ai faites dans le rapport que j'ai remis au Premier ministre le 11 septembre, qui visent à rationaliser la mission « sécurité des Français dans le monde » et donc, in fine, à diminuer les coûts ? J'en citerai quatre : un budget informatique spécifique dédié au ministère pour sa transformation numérique ; un observatoire de la mobilité ; une plateforme téléphonique centralisée pour pouvoir accéder à nos consulats ; enfin, un portail d'information dédié à la mobilité internationale, que ce soit pour les Français ou pour nos agents et opérateurs de l'État en France et à l'étranger.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion