⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du lundi 11 février 2019 à 16h00
Pour une école de la confiance — Motion de renvoi en commission

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

Il existe aussi des éléments de différence, qui doivent être regardés dans le détail, et non de façon univoque, comme on l'a trop souvent entendu cet après-midi, car cette attitude a eu pour effet de caricaturer le texte en l'accusant soit d'être liberticide soit de viser à créer une école à deux vitesses. Alors que nous avons divisé par deux les effectifs des classes de cours préparatoire et de CE1 sur les territoires les plus défavorisés, au bénéfice de 300 000 enfants, une telle accusation défie le bon sens. L'idéologie n'est pas de notre côté, elle est du vôtre.

Je garde toutefois espoir. J'ai pris l'exemple des territoires maritimes, et je peux prendre également celui du discours qu'a tenu M. Minot : il est possible, avec discernement, de s'entendre sur plusieurs points. Le Gouvernement et, je pense, la majorité le montreront en reprenant des amendements. Cette possibilité est ouverte, d'autant que plusieurs sujets, que j'ai mentionnés dans mon discours, s'y prêtent. Tel est mon état d'esprit : rendre possible l'enrichissement du texte, à partir du moment où les critiques formulées ont une dimension constructive – je ne cherche pas l'unanimité – , visant à faire progresser l'école.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion