⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-François Carenco

Réunion du jeudi 21 mars 2019 à 11h00
Mission d'information relative aux freins à la transition énergétique

Jean-François Carenco, président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) :

…l'interconnexion européenne change complètement la donne. L'intégration des réseaux est fondamentale.

Concernant les enjeux européens, il convient de poursuivre le développement des interconnexions en veillant à ne le faire que pour celles utiles à la collectivité. Il s'agit d'éviter de faire porter au consommateur final français des coûts inutiles, de limiter les risques de coûts échoués et d'éviter des violences environnementales inutiles. Je rappelle que nous devons exporter 15 % de l'électricité française en chiffres bruts et 11 % en chiffres nets. Nous jouons donc aussi avec les réseaux un rôle économique considérable.

Au titre des succès, je citerai le projet d'interconnexion Golfe de Gascogne, réalisé, et le projet Celtic, sur le point de l'être. En revanche, nous sommes radicalement hostiles au projet STEP (South Transit East Pyrenees), qui n'apporterait pas d'avantage au consommateur final français et serait coûteux en termes de violences environnementales et de TURPE.

Face à un secteur énergétique en forte évolution, certains acquis doivent être préservés, mais il faut aller plus loin : les gestionnaires des réseaux doivent devenir des facilitateurs de la transition énergétique.

Les compteurs intelligents coûtent un peu cher, mais ils vont tellement rapporter qu'ils représentent un bon investissement. Économiquement, c'est déjà pas mal, mais Philippe Monloubou vous dira peut-être qu'Enedis a exporté récemment la technologie française en Inde.

Il convient d'anticiper les évolutions des usages sur les réseaux, induites par l'autoconsommation, les véhicules électriques et le stockage.

Je me permettrai de revenir sur l'autoconsommation. Je n'ai pas compris le sens de la rédaction de l'article 43 bis du projet de loi relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (PACTE). J'ai la réputation d'être contre l'autoconsommation. À mon sens, le cadre proposé pour les expérimentations d'autoconsommation n'est pas une bonne affaire pour les réseaux. Où est l'équilibre financier ? Où est la recherche des méthodes d'équilibre des réseaux ? Où est le financement ? Je ne crois pas à l'isolationnisme énergétique, pour ne pas employer des mots plus lourds.

L'innovation, ce sont les réseaux. Il n'y a pas d'innovation sans un rôle parfait des réseaux.

Quant au rôle de la CRE, nous avons mis en place un comité de prospective dont un groupe « réseaux » participe toujours aux travaux, pour essayer d'anticiper. Il nous faut travailler sur des tests. Autant j'ai été surpris par les dispositions adoptées en matière d'autoconsommation, autant je me réjouis de la possibilité de mettre en oeuvre un « bac à sable réglementaire » afin de réaliser des tests de manière intelligente. Je me félicite surtout qu'on y ait inclus le gaz. Ce qui va se passer en matière de gaz vert doit être testé et financé dans le cadre d'une expérimentation.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion