Intervention de Fannette Charvier

Séance en hémicycle du mardi 28 mai 2019 à 15h00
Questions au gouvernement — Mesures en faveur de l'école primaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaFannette Charvier :

Monsieur le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse, l'école doit en permanence évoluer pour faire face aux nouveaux défis posés par une société en perpétuelle mutation. Elle constitue à la fois un miroir des problèmes de notre société et une partie de la solution.

Depuis le début du quinquennat, les politiques éducatives sont au coeur du projet gouvernemental que vous mettez en oeuvre. Vous avez souhaité faire de l'école primaire la priorité absolue en matière d'éducation, et je ne peux que partager votre objectif d'amener tous les élèves à savoir lire, écrire et compter à la fin du CE1 : c'est la condition pour qu'ils puissent ensuite réussir à l'école et s'émanciper.

Investir dans l'école primaire, c'est avant tout lutter contre les inégalités de destin et la reproduction sociale. La politique que vous conduisez, avec l'appui de notre majorité, a déjà permis d'apporter des solutions concrètes à ces problématiques, afin que chaque enfant possède les moyens de réussir : le dédoublement des classes de CP et de CE1 en réseau d'éducation prioritaire ; la cantine à 1 euro ainsi que les petits-déjeuners gratuits dans les écoles des quartiers en difficulté, pour que la faim n'empêche plus aucun enfant d'apprendre ; sans oublier l'abaissement de l'instruction à 3 ans et la réforme de la formation des enseignants du projet de loi pour une école de la confiance, actuellement dans la navette parlementaire.

Monsieur le ministre, à la suite du grand débat national, le Président de la République a annoncé de nouvelles mesures qui s'inscrivent dans la continuité et renforcent les actions déjà entreprises : le dédoublement des grandes sections en éducation prioritaire ; la limitation à vingt-quatre élèves dans les classes de grande section, CP et CE1 hors éducation prioritaire ; la création d'au moins 2 000 postes d'enseignants dans le primaire à chaque rentrée ; l'accord nécessaire du maire pour toute fermeture d'école. Monsieur le ministre, pourriez-vous nous renseigner sur la mise en oeuvre concrète de ces nouvelles mesures ambitieuses pour notre école ?

1 commentaire :

Le 31/05/2019 à 19:01, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Dites-moi, puisque vous dénoncez l'inégalité de destin, pourriez-vous nous dire ce qu'est l'égalité de destin ? Car quand même je vois assez mal tout le monde devenir président de la République, ou même ministre, député, donc il faudrait clarifier votre pensée, sous peine d'être taxée d'illusionniste démagogique.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion