Intervention de Marlène Schiappa

Séance en hémicycle du mercredi 19 juin 2019 à 15h00
Questions au gouvernement — Lutte contre l'excision

Marlène Schiappa, secrétaire d'état chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations :

Je voudrais commencer en saluant votre engagement sans faille et de longue date sur ce sujet, ainsi que celui de vos collègues de la délégation aux droits des femmes.

Vous l'avez rappelé : environ 60 000 femmes vivent excisées sur le sol français. Et cette réalité, qui n'évolue pas année après année, est inacceptable. C'est pour cette raison que le Premier ministre m'a demandé de conduire un plan anti-excision, plus précisément un plan anti-mutilations génitales féminines, qui sera présentée ce vendredi à la Maison des femmes en Seine-Saint-Denis. Ce plan a été construit avec les associations de terrain, avec le GAMS – Groupe pour l'abolition des mutilations sexuelles, des mariages forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants – , avec « Excision, parlons-en ! », Equipop, l'ensemble des ONG concernées, ainsi qu'avec le collège des gynécologues-obstétriciens qui mène un travail important de sensibilisation et de prévention.

C'est un plan profondément interministériel comportant des mesures allant du repérage des jeunes filles déscolarisées à la sensibilisation et à l'information des primo-arrivants sur la réalité du droit français et des valeurs de la République, lesquelles passent par la dignité de la personne. Il comporte également un volet international très fort, sous l'autorité de Jean-Yves Le Drian et de Jean-Baptiste Lemoyne puisque l'Agence française de développement a comme objectif de financer des projets qui, pour la moitié d'entre eux, intègrent une dimension d'égalité filles-garçons, notamment par la lutte contre l'excision. C'est pour cette raison que j'étais le mois dernier au Burkina-Faso, où j'ai rencontré le Président de la République burkinabé et mon homologue pour pouvoir travailler avec les ONG, notamment UNICEF, dans les villages afin d'éradiquer ces pratiques néfastes.

La France rappelle qu'aucune tradition, quelle qu'elle soit, ne peut justifier que l'on mutile et que l'on torture des adolescentes et des femmes ; il n'y a rien, jamais, qui le justifie. C'est pourquoi le Gouvernement soutient et encourage les pays qui mettent en place des politiques publiques très fortes, lesquelles consistent par exemple, symboliquement, à engager les chefs de village pour enterrer les outils de mutilation et planter un arbre par-dessus afin que jamais personne ne puisse les déterrer.

1 commentaire :

Le 25/06/2019 à 15:44, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Pareil pour les petits garçons, les bébés. La France, patrie des droits de l'homme, doit veiller à ce que l'intégrité corporelle des enfants garçons soit préservée, et que la tradition ne l'emporte pas sur les lois de la République. Et puis quelle légitimité pour les défenseurs de l'excision ce serait de ne rien faire contre la circoncision : "vous ne faites rien contre la circoncision, pourquoi alors vous en prenez-vous à l'excision alors qu'il y a mutilation sexuelle dans les deux cas ?"

C'est ne pas prendre en compte l'égalité homme/femme dans le respect de l'intégrité corporelle qui leur est dû, et dans l'application de la loi contre les mutilations corporelles et sexuelles.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion