Intervention de Jean-Charles Larsonneur

Réunion du mercredi 5 juin 2019 à 16h40
Commission de la défense nationale et des forces armées

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Charles Larsonneur :

Je tiens à mon tour à vous remercier très vivement, Mon général, pour les excellents échanges que nous avons eus ces dernières années.

J'aimerais vous interroger sur certains aspects de l'exécution du budget 2018. Parmi les indicateurs de performance présentés par la documentation budgétaire, l'objectif 4 du programme 178 mesure la capacité de nos armées à « assurer la fonction stratégique intervention ». Dans son analyse des résultats, la Cour des comptes estime que les moyens de nos armées étaient insuffisants pour une opération correspondant à l'hypothèse d'engagement majeur de leur contrat opérationnel ; qu'en est-il pour l'armée de terre en particulier ?

Je souhaiterais vous interroger aussi sur deux autres sujets, qui sont d'ailleurs liés : le plan « MCO 2025 », qui modifie les équilibres entre maintenance opérationnelle et maintenance industrielle, et la préparation opérationnelle. En 2018, les crédits de l'entretien programmé des matériels ont été rehaussés de 13 %, afin de traduire la priorité accordée à ce domaine. Ces crédits ont ainsi permis de satisfaire de remplir globalement les objectifs de préparation opérationnelle fixés pour 2018, objectif d'autant plus ambitieux que les effectifs de la force opérationnelle terrestre ont crû de plus de 1 000 soldats. S'agissant de la disponibilité technique opérationnelle des matériels, elle serait globalement satisfaisante. Les AMX 10 RC, le VBCI de trente-deux tonnes et les VAB auraient fait l'objet d'une attention soutenue car ils sont particulièrement employés en OPEX. La documentation budgétaire évoque des avenants à leur contrat de soutien. Pourriez-vous nous en dire davantage sur ce point ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion