Intervention de Sébastien Jumel

Séance en hémicycle du 25 octobre 2017 à 15h00
Questions au gouvernement — Politique de la ville

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSébastien Jumel :

Le consensus sur le niveau de solidarité nationale pour les quartiers populaires est rompu. Cette rupture ne connaît pas de précédent.

Il y a quelques jours, réunis à Grigny avec l'ensemble des acteurs de la politique de la ville, 150 maires de tout l'arc politique, en présence de Jean-Louis Borloo, ont fait une déclaration solennelle appelant le Président de la République à un sursaut. Ils vous appellent à prendre la pleine mesure de la situation grave et socialement risquée dans laquelle se trouvent les quartiers les plus populaires de notre pays.

Nous vous le disons, solennellement : vous ne pouvez pas demeurer silencieux et aveugle devant un tel appel, révélateur des fractures de notre pays.

Vous avez reçu de multiples alertes, toutes documentées, sur les situations en France. Il y a des Grigny partout : en Seine-Saint-Denis, dans le Nord, en Normandie. Ils méritent tous d'être entendus. Partout, des inquiétudes s'élèvent quant au soutien de la CAF et de l'État. Partout, des communes s'interrogent.

Le poids des responsabilités est écrasant, monsieur le Premier ministre, mais le poids de la vie dans ces espaces délaissés de la République l'est plus encore.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion