⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Gilles Lurton

Séance en hémicycle du mardi 22 octobre 2019 à 21h30
Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaGilles Lurton :

Il y a tout juste un an, le Gouvernement nous annonçait que, pour la première fois depuis 2002, les comptes de la sécurité sociale repasseraient au vert en 2019. Depuis la crise des gilets jaunes et les déclarations du Président de la République du 10 décembre dernier, cette espérance et ce rêve se sont largement éloignés. Aujourd'hui, votre projet de budget consacre le retour du trou abyssal de la sécurité sociale, avec 5,4 milliards d'euros de déficit cette année au lieu des 700 millions d'excédent prévus il y a un an. Cette situation grave assombrit fortement les perspectives d'avenir, d'autant que nous sommes tous dans l'attente d'une loi sur le grand âge, et tous conscients, aussi, des coûts qu'elle générera.

Madame la ministre, je dois quand même vous dire que je me réjouis de la décision de la commission des affaires sociales qui, dans sa très grande sagesse, a décidé de supprimer la disposition de l'article 3 du PLFSS qui prévoyait l'absence de compensation par l'État des exonérations de cotisations sociales décidées par le Président de la République et approuvées par le Parlement à la suite de la crise des gilets jaunes. Si notre commission n'avait pas pris cette décision – et sous réserve que vous ne reveniez pas dessus en séance, ce que nous espérerons toujours – , ce seraient 2,7 milliards d'euros supplémentaires qui seraient venus manquer à la sécurité sociale. En bref, madame la ministre, je dois constater que ce PLFSS ne doit pas être pour vous des plus agréables à défendre !

Comme tous les ans, je concentrerai mon propos sur la politique familiale et sur la branche famille. En la matière, il n'y a pas, cette année, de longs sujets de débat, puisque ce projet de budget consacre, une fois encore, l'abandon des familles par le Gouvernement. En effet, comme j'aurai l'occasion de vous le démontrer en défendant mes amendements, le projet de loi ne comporte aucune mesure pour les familles.

En parcourant votre texte, j'ai tout de même cherché quelques articles qui pourraient se rapprocher d'un semblant de politique familiale, et j'en ai trouvé.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion