⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du mardi 11 février 2020 à 15h00
Questions au gouvernement — Éducation prioritaire

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

Monsieur le député, vous me posez en fait deux questions. Pour l'essentiel, je vous donne raison, et je vous remercie pour le caractère très constructif de votre intervention.

Vous dites à juste titre que l'éducation prioritaire est fondamentale pour l'école primaire. C'est le sens de la politique du Gouvernement. Nous avons mis l'accent sur l'école primaire en matière d'éducation prioritaire, parce que c'est là que nous pouvons lutter à la racine contre les inégalités.

On peut déplorer la suppression, en 2014, de certaines écoles de l'éducation prioritaire, mais il ne sert à rien de pleurer sur cette mesure. Il faut maintenant voir comment nous pouvons aller de l'avant. Nous y parviendrons dans le prolongement du rapport Mathiot-Azéma dont les recommandations, que nous étudions afin de les mettre en oeuvre, nous donneront une vision beaucoup plus complète de l'éducation prioritaire et nous permettront d'éviter les effets de seuil selon que l'on relève ou non de l'éducation prioritaire.

Au-delà des mesures « cartographiques », qui amènent à définir si les écoles sont ou ne sont pas en éducation prioritaire, ce qui compte, comme vous l'avez demandé, c'est que l'on agisse pour ces écoles hic et nunc. C'est ce que nous allons faire à la prochaine rentrée.

Monsieur Jumel, j'ai regardé ce qui se passe sur votre territoire : nous avons prévu un meilleur taux d'encadrement, et un dédoublement des classes de CP dans l'école Sonia Delaunay. Cela montre que nous sommes capables d'agir au-delà de l'éducation prioritaire. Dans certaines académies, des grandes sections de maternelle sont dédoublées parce que les conditions sociales l'exigent.

Vous m'avez aussi interrogé sur le handicap. Ma réponse permettra de compléter celle que Mme la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées a faite à une précédente question. Bien entendu, vous vous réjouissez que le Président de la République reprenne certaines des propositions de la commission d'enquête dont vous étiez le rapporteur. Elles étaient pertinentes et constructives. Ce sujet réclame une telle démarche. La majorité est ouverte à vos propositions. Nous sommes en train de progresser dans les termes que Sophie Cluzel vient de présenter – nous créerons en particulier des postes d'AESH à la rentrée prochaine. Cela fait partie des annonces présidentielles, et je crois que c'est très important.

2 commentaires :

Le 18/02/2020 à 09:09, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Les écoles en Rép + n'ont pas plus de moyens que les autres d'école, c'est un mensonge ou une erreur sur lequel il faut revenir. Ce sont les professeurs qui ont plus de moyens, mais pas les écoles.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 18/02/2020 à 11:18, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Par moyens, cela signifie que leur paie est plus élevée, mais s'ils veulent plus de matériel pour leurs élèves, ils devront le payer sur leur propre salaire.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion