⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Louis Touraine

Séance en hémicycle du jeudi 30 juillet 2020 à 9h00
Bioéthique — Article 2 bis

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Louis Touraine, rapporteur de la commission spéciale :

Non ! Si l'on veut que la recherche progresse, il ne faut pas l'encadrer à l'excès, au point de la contraindre. Quand j'ai parlé de la recherche sur l'embryon, ce n'était pas par provocation mais parce que, parmi les causes majeures d'infertilité, figurent des anomalies plus que fréquentes du développement initial de l'embryon. Une grande partie des embryons initialement formés, voire la majorité d'entre eux, n'ont aucune chance d'atteindre le stade du foetus, encore d'aboutir à une naissance. Si l'on ne comprend pas pourquoi, on n'améliorera pas efficacement les résultats des fécondations in vitro ni la compréhension des causes de l'infertilité et des fausses couches spontanées précoces.

Nous voulons les mêmes fins, mais vous vous interdisez certains des moyens qui permettent d'y parvenir. N'y voyez nulle provocation de ma part : je respecte votre point de vue, mais il faut accorder, me semble-t-il, une certaine liberté à la recherche pour avancer et accumuler les connaissances qui nous permettront de développer des thérapies appropriées.

1 commentaire :

Le 11/08/2020 à 22:26, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Ce n'est pas un problème de fertilité mais de formation de l'embryon. Qu'a à voir la formation de l'embryon avec la fertilité ? Par ailleurs, des femmes sans aucun problème de fertilité peuvent faire des fausses couches.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion