⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Patrick Hetzel

Séance en hémicycle du jeudi 14 janvier 2021 à 15h00
Situation du commerce et des autres secteurs touchés par la crise de la covid-19

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrick Hetzel :

Monsieur le ministre, l'ensemble de la filière des cafés, hôtels, restaurants et discothèques, ainsi que les brasseurs et les distributeurs de boissons sont en grande difficulté. Ils doivent être davantage soutenus. Les professionnels du secteur, avec lesquels je suis en contact très régulier, n'en peuvent plus des annonces « stop and go » du Gouvernement. Au sein de cette filière qui fait véritablement la richesse de la France et le rayonnement de son activité touristique, l'hôtellerie souffre très fortement. En effet, depuis le début de la pandémie, les hôtels sont réputés être ouverts, sauf que les clients sont sous couvre-feu ou confinement, donc ne peuvent se déplacer. Par ailleurs, tous les services de l'hôtel n'ont pas le droit d'être proposés.

Parfois, la situation devient véritablement kafkaïenne. Les rares aides sont accordées sur la base de deux paramètres : le code APE – activité principale exercée – et la catégorie ERP – établissement recevant du public. Dans les faits, cela n'est pas très pertinent. Ainsi, qu'il s'agisse d'un palace de la Côte d'Azur ou d'une humble auberge de campagne, l'aide est la même, donc non proportionnée. Autre exemple : des sociétés ayant un code APE hôtel alors qu'elles ont également des restaurants n'ont pas accès aux aides de la catégorie hôtels-restaurants… Depuis le début de la pandémie, les hôtels sans autre activité ne sont pas dans les dispositifs d'aides. Il a fallu attendre le mois de novembre, mais surtout celui de décembre, pour voir le mécanisme commencer à être ajusté.

Parmi les mesures souhaitables, citons par exemple la transformation du PGE en crédit d'impôt ou encore une fiscalité adaptée pour les amortissements et provisions qui pourraient permettre l'investissement, accélérateur de croissance, générateur d'emplois et, bien entendu, de TVA.

Alors que ce secteur investit habituellement 15 % de son chiffre d'affaires en mise aux normes et rénovations, il en est désormais totalement incapable puisque son chiffre d'affaires est devenu quasi insignifiant. L'hôtellerie est le parent pauvre des différents accords. Que comptez-vous faire, monsieur le ministre, que compte faire le Gouvernement pour changer enfin cela ?

1 commentaire :

Le 19/04/2021 à 14:06, Pascal Lendormy (Hotellerie) a dit :

Avatar par défaut

Monsieur Hetzel,

Vous avez raison de souligner la situation critique des hôtels. Un des problèmes rencontrés est le poids de la fiscalité locale en particulier les taxes foncières. cet impôt fixe est trop lourd en ces périodes de disette et il faudrait le diminuer voir l'annuler provisoirement.Il existe un biais car la moitié de la France est classée Zone de Revitalisation Rurale et à ce titre le gouvernement a pris des mesures d'accompagnement. En ZRR les collectivités peuvent réduire voir annuler les TFPB. Alors pourquoi rien ne se passet-il ? pourquoi les collectivités ne délibèrent elles pas dans ce sens. Voilà une mesure d'aide directe et salvatrice. Pascal Lendormy. Hôtel Ariane. Pontorson. 02.33.60.03.84

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion