⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Ludovic Pajot pour ce dossier

10 interventions trouvées.

 « Ma patrie, c'est la langue française ». Ces mots d'Albert Camus traduisent notre sentiment lorsque l'on évoque la beauté et l'importance de notre langue. La langue française, au-delà de son aspect symbolique, a été et doit rester un outil de cohésion. La vocation assimilationniste de notre école repose directement sur la maîtrise de notre lan...

Cet amendement s'inscrit dans la même ligne que les deux précédents. Vous avez voulu, monsieur le ministre, donner à votre projet de loi le titre : « Pour une école de la confiance ». Le présent amendement s'inscrit dans cette perspective. Notre code de l'éducation doit souligner que l'éducation reçue à l'école – à laquelle les parents confien...

Du fait de la place incontournable qu'occupent dans notre société les outils numériques, il paraît tout à fait nécessaire que la technologie et l'informatique soient enseignées dès le plus jeune âge dans nos écoles. Il nous semble cependant indispensable d'intégrer à cet enseignement un volet de sensibilisation aux risques que représentent le n...

L'éducation nationale ne serait rien sans l'histoire nationale. L'enseignement de l'histoire de France a toujours été l'un des socles de notre système éducatif. Pourtant, depuis une vingtaine d'années, nous assistons à une déconstruction méthodique de l'histoire de France. Celle-ci est réécrite, dans les manuels scolaires, avec une plume bien-p...

Sur fond d'ouverture au monde, il faut gommer notre passé jugé trop glorieux, trop illustre, trop grand. Le célèbre « nos ancêtres les Gaulois » a été remplacé par « vos ancêtres maliens, sénégalais, ottomans », …

… avec des conséquences dramatiques pour l'unité nationale. À trop vouloir cultiver les différences de chacun, à préférer le vivre-ensemble au « vivre en France », à renoncer à assimiler les élèves issus de l'immigration dans le creuset républicain, des jeunes sont aujourd'hui en rupture totale avec la République.

Avec cet amendement, qui vise à inclure l'histoire de France dans l'enseignement moral et civique, nous vous proposons de renouer le fil avec une éducation nationale qui n'aurait plus honte de sa mission première : transformer nos enfants en citoyens français, ne vous en déplaise !

Noeux-les-Mines, Beuvry, Sailly-Labourse, Houdain, Bruay-la-Buissière… Dans chacune de ces communes de ma circonscription, dans le Pas-de-Calais, des fermetures de classes réalisées ou programmées à brève échéance perturbent profondément la cohésion territoriale. Une classe, plus qu'un simple effectif scolaire, est avant tout un symbole de vie ...

mesure que vous aviez vous-même évoquée, monsieur le ministre – , mais aussi la réorientation de ces individus violents, c'est l'interdiction du portable à l'école qui a été proposée. Taisez cette vérité que je ne saurais entendre. Cette façon d'aborder les problèmes est insupportable et doit cesser, tout comme la culture de l'omerta et de l'ex...

 « Les écoles doivent rester l'asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas. » Ces sages propos de Jean Zay devraient inspirer toute politique publique concernant notre école. Concilier l'exigence et la bienveillance, l'autorité et la spontanéité, la sécurité et la liberté : tels seront en partie les enjeux de l'école de demain.