⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Mathilde Panot pour ce dossier

6 interventions trouvées.

La présente proposition de loi peut, je l'espère, faire consensus à l'Assemblée. L'alimentation est en effet l'une des bases fondamentales de l'organisation sociale et politique. Or l'un de nos premiers devoirs, en tant que représentants de la Nation, est de garantir que chacun puisse consommer une nourriture saine en quantité suffisante. L'org...

Il n'est pas acceptable qu'elle souhaite faire jouer le droit de la concurrence pour faire valoir ses brevets sur les semences agricoles. Il n'est pas acceptable que ce géant hideux soit en contact étroit avec les grands lobbies agro-industriels, par des montages dans lesquels les paysans deviennent, contre leur gré, les obligés d'intérêts fina...

Certains y perdront peut-être de l'argent. Grand bien leur fasse, ils réfléchiront au sens des actions qu'ils ont menées du temps où leurs pratiques étaient autorisées. Enfin, l'instruction délivrée par l'école de la République, dans une phase de transition et tant que les lobbies alimentaires s'emploient à empoisonner les gens, doit permettre...

le groupe La France insoumise s'opposera très fermement à cet amendement de suppression. Les victimes de la malbouffe ne le sont pas par choix, mais parce que, pour des raisons tenant à leurs moyens ou à l'organisation de l'industrie agro-alimentaire, elles sont obligées de consommer ces additifs en grande quantité, alors que l'on ne connaît pa...

Quant aux mesures de sauvegarde, la France y a déjà recouru, par exemple pour interdire le diméthoate et l'importation de cerises turques traitées, dans le souci de protéger la santé de nos concitoyens.

Nous pouvons le faire pour les additifs. Vous êtes très effrayés par un éventuel contentieux avec l'Union européenne, mais vous tremblez moins quand elle condamne notre pays à plusieurs reprises pour la mauvaise qualité de l'air et la pollution. Il y a donc deux poids et deux mesures dans vos arguments.