⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Patrick Hetzel pour ce dossier

23 interventions trouvées.

Je suis étonné par le débat. À nouveau, je ne comprends vraiment pas en quoi vous allez sécuriser davantage les choses. Comme je l'ai dit ce matin, les chefs d'établissements qui procèdent à une confiscation n'ont aujourd'hui aucun problème. Il n'y a aucun risque juridique. Je le répète, cette proposition de loi ne sert à rien. C'est manifestem...

Plusieurs remarques. Tout d'abord, l'article 2 est manifestement hors sujet. Le sujet, c'est l'utilisation du téléphone portable dans les établissements scolaires. Nous dérivons ici vers un autre sujet, qui n'a rien à voir avec celui qui nous occupe. Par ailleurs, la question du numérique est d'ores et déjà abordée par le code de l'éducation. ...

Tout cela est tout de même très étonnant. La responsabilisation de nos jeunes est un sujet essentiel. Elle est d'ailleurs, normalement, au coeur de tout projet éducatif, et par voie de conséquence au coeur des missions de l'éducation nationale. Entreprendre de le traiter spécifiquement, sous l'angle du numérique, c'est méconnaître complètement ...

Vous avez raison, monsieur le ministre, de mettre l'accent sur les différentes facettes de la citoyenneté. Mais vous noterez que je vous ai interpellé sur la question de la responsabilité ; or je ne vous ai pas entendu expliquer pourquoi ce texte se concentrait sur cette question-là, qui ne se laisse pas restreindre, vous le savez parfaitement,...

Ce débat est assez étrange. Comme vous avez pu le constater, l'interdiction du téléphone portable figure d'ores et déjà dans la loi – même le groupe majoritaire est obligé de le reconnaître.

Nous nous retrouvons donc dans une situation assez ubuesque : on reconstruit quelque chose qui existe déjà. Monsieur le ministre, vous êtes un éminent juriste et je vous ai connu plus fin dans vos arguments. Comme l'a rappelé M. Attal, vous êtes dans une logique de concrétisation d'une promesse de M. Macron. Mais M. Macron promet parfois des ch...

… puisqu'elle relève de l'action du Gouvernement. Mettez en oeuvre ce qui est déjà possible au lieu de vous livrer à ce simulacre ! De surcroît, vous devriez vous rendre compte qu'il existe beaucoup d'autres sujets à traiter. Nous proposer ce texte, c'est faire injure au Parlement !

Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, je commencerai mon intervention en vous lisant le fameux article L. 511-5 du code de l'éducation dans sa rédaction actuelle : « Dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l'utilisation durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le...

Si les mots ont un sens, l'interdiction de l'usage du téléphone mobile durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, est donc déjà possible et inscrite dans le code de l'éducation depuis 2010.

Il est vrai que, durant la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron avait promis que l'usage des téléphones portables serait interdit dans l'enceinte des écoles primaires et des collèges. Nous ne pouvions alors que l'approuver. Mais n'aurait-il pas été plus simple de prendre des dispositions pour mieux appliquer la loi qui existe dé...

L'argumentation de Mme la rapporteure est étonnante. Lorsque le groupe majoritaire propose un amendement, même bavard, cela relève de la loi, mais quand l'amendement est présenté par le groupe GDR, il n'en relève pas. Je ne comprends pas : le contenu de cet amendement relève au moins autant de la loi que les textes que vous nous avez proposés.

Dans le 18e arrondissement de Paris, le collège Gérard-Philipe applique avec succès l'interdiction du portable – c'est d'ailleurs le cas de nombreux autres établissements, comme l'a fort justement rappelé notre collègue Frédéric Reiss. Le portable, éteint, est rangé au fond du sac, le règlement est affiché à plusieurs endroits et la consigne es...

Je rappellerai les propos souvent répétés de Montesquieu, auxquels je sais que vous serez sensible, monsieur le ministre : « il est quelquefois nécessaire de changer certaines lois. Mais le cas est rare, et lorsqu'il arrive, il n'y faut toucher que d'une main tremblante. » Mes chers collègues, pour découvrir toute la supercherie de cette opéra...

Le tour de force a consisté à réécrire totalement la proposition de loi en commission. C'est dire si le texte initial était réfléchi : on dépose un texte pour le réécrire intégralement.

Monsieur le ministre, l'éminent juriste que vous êtes sait que tout cela n'est, hélas, qu'un simulacre. Je suis étonné que vous acceptiez de vous y prêter. Peut-on imaginer un seul instant que la version initiale d'un texte d'une telle importance ait été improvisée ? Le résultat est une modification totale de l'article 1er et l'ajout de deux no...

Je ne mésestime pas la difficulté que rencontrent les enseignants pour faire appliquer cette mesure, malgré le règlement dont se sont dotés certains établissements. Le problème est réel, mais ce n'est pas avec cette loi que vous allez le régler, vous le savez pertinemment. Dans certains établissements, des professeurs collectent les appareils ...

… sauf ce matin. En avril dernier vous avez formulé quatre recommandations pour renforcer la maîtrise des fondamentaux : lire, écrire, compter, respecter autrui. Le constat du nombre d'élèves en décrochage scolaire est toujours inquiétant : 20 % des enfants scolarisés en sixième ne maîtrisent pas les apprentissages fondamentaux. Or c'est l'acqu...

Au vu de ces observations, il nous paraît important que des études soient menées avant une généralisation de l'utilisation des portables et tablettes à usage pédagogique dans nos établissements scolaires. Alors que le Parlement croule sous un emploi du temps surchargé par l'examen de projets de loi qui se succèdent à un rythme effréné, cette p...

Nous arrivons au terme de ce débat, et nous n'avons évidemment pas été convaincus, car ce que nous craignions s'est hélas confirmé au cours des discussions de cet après-midi. Que craignions-nous ? Que le groupe majoritaire, La République en marche, ait pour seul objectif de faire de la communication.

La République en marche obéit une fois de plus à la même logique : M. Macron a dit quelque chose, c'est parole sainte, donc il faut changer les textes. Or ce qui est parfaitement ridicule, c'est que le code de l'éducation prévoit déjà la possibilité d'interdire l'usage des portables depuis 2010. Vous ne le saviez sans doute pas