⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Thibault Bazin pour ce dossier

11 interventions trouvées.

Cet amendement de notre collègue Julien Aubert a trait au contenu de l'éducation affective et sexuelle prévue par le code de l'éducation, et à l'âge auquel les enfants doivent la recevoir. Tous les parents sont fondés à se demander ce que les enfants doivent savoir et à quel moment ils doivent l'apprendre. Les enfants se posent d'ailleurs énorm...

Vous entendez, monsieur le ministre, abaisser à 3 ans l'âge de l'instruction obligatoire. Pour quels effets ? D'ores et déjà, en l'absence d'obligation légale, 97 % des enfants de cet âge vont à l'école, et cette proportion atteint presque 100 % chez les 4 ans. Si l'on peut admettre la portée symbolique d'une telle obligation, on doit aussi en...

mais son caractère obligatoire pose plusieurs problèmes. Ce n'est pas pour rien qu'aucun des pays voisins de la France n'a instauré un enseignement obligatoire à temps plein à l'âge de 3 ans.

Cette mesure est un frein à la liberté des parents, qui sont responsables de leurs enfants et sont donc à même de savoir ce qui leur convient le mieux, selon leur âge et leur degré de fatigue.

Les parents connaissent leurs enfants. Pour les enfants, la scolarisation obligatoire implique de se soumettre à des règles d'assiduité qui n'étaient jusqu'ici en vigueur qu'à partir du cours préparatoire. Ainsi, les horaires de classes sont contraignants alors qu'à l'heure actuelle beaucoup de parents choisissent de ne mettre leurs enfants à l...

L'uniforme, dans les écoles primaires, permettra de réduire les inégalités sociales entre les enfants et d'éviter les situations de compétition entre ceux qui portent, par exemple, des vêtements de marque, ou considérés comme « à la mode », et ceux qui n'en portent pas. Cela facilitera les relations entre les enfants – on sait que les vêtements...

La question vestimentaire existe ; elle pose des problèmes aux enseignants, qui y sont confrontés de plus en plus souvent et passent de plus en plus de temps à donner des consignes spécifiques en la matière. Enfin, l'uniforme renforcerait le sentiment d'appartenance à un groupe, sentiment extrêmement important pour les jeunes enfants, et il fa...

On a évoqué la question financière, mais de toute façon, il faut habiller les enfants ! C'est un coût pour les familles, et si les tenues sont uniformisées, il peut être moindre. Ce n'est donc pas un obstacle. On a aussi évoqué la liberté à laisser à la communauté éducative. Le problème, c'est les cas où le climat est tendu et où ladite commun...

Madame la rapporteure, monsieur le ministre, je regrette vos avis défavorables. L'amendement de M. Balanant vise à ériger un droit à vivre une scolarité sans harcèlement. C'est très bien, mais la proclamation d'un droit n'est pas à la hauteur des défis que nous devons relever. L'amendement de M. Perrut propose une sanction intelligente, qui con...

Par ailleurs, l'amendement Balanant entend modifier le code de l'éducation, qui n'a pas la même force ni le même poids que le code pénal. Je pense que, tout en conservant la souplesse de l'amendement Perrut, nous devons aussi prendre la mesure des conséquences du harcèlement, qui peuvent être très graves. Le stage est une première mesure, concr...

Pour redonner confiance dans l'école, à défaut de s'atteler aux problèmes d'aujourd'hui – violences scolaires, absentéisme, handicap – , le projet de loi doit porter haut et fort les symboles de la République. Pour compléter les propos de mon collègue Minot, force est de constater que dans de trop nombreux établissements, les comportements comm...