Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Philippe Berta
Question N° 16549 au Ministère de l’éducation nationale (retirée)


Question soumise le 26 mars 2024

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

M. Philippe Berta attire l'attention de M. le ministre délégué auprès de la ministre du travail, de la santé et des solidarités, chargé de la santé et de la prévention, sur l'arrêté du 3 mai 1989 relatif aux durées et conditions d'éviction, mesures de prophylaxie à prendre à l'égard des élèves et du personnel dans les établissements d'enseignement et d'éducation publics et privés en cas de maladies contagieuses. L'arrêté fixe un ensemble de mesures et liste les pathologies entraînant une éviction de l'établissement ; la varicelle fait partie des critères d'éviction jusqu'à guérison clinique. Cette éviction de la collectivité avoisine les 10 jours. Or, d'une part, la maladie est contagieuse avant l'apparition des symptômes et force est de constater qu'une éviction après l'apparition symptomatique ne permet pas d'inhiber l'épidémie. D'autre part, dans les cas de la varicelle, l'éviction n'est pas obligatoire, mais recommandée jusqu'à la survenue des caillots de fibrine (croûtes). La problématique rencontrée concerne l'appréciation relative de chaque établissement et creuse certaines inégalités en fonction des directives qui émanent de la décision des chefs d'établissement. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si le Gouvernement compte étudier le cas de cette pathologie ou du moins lui faire connaître les mesures d'homogénéisation pour l'ensemble des établissements quant à l'éviction des élèves et des personnels de l'établissement en cas de varicelle.

Retirée le 11 juin 2024 (fin de mandat)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion