⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Programmation 2018-2022 et réforme de la justice — Texte n° 1548

Amendement N° 826 (Tombe)

(2 amendements identiques : 259 832 )

Publié le 15 janvier 2019 par : Mme Vichnievsky, M. Latombe.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

I. – Supprimer l'alinéa 7.

II. – En conséquence, à l'alinéa 8, substituer au mot :

« six »

le mot :

« trois ».

Exposé sommaire :

Cet amendement vise à supprimer l'allongement de trois à six mois, après le dépôt de la plainte initiale, du délai de recevabilité d'une plainte avec constitution de partie civile devant le juge d'instruction, tel que prévu dans le projet de loi.

Imposer un tel délai retarde inutilement la mise en mouvement de l'action publique et constitue un obstacle important dans l'accès des victimes à la justice pénale. En ce sens, cette mesure serait en contradiction avec les objectifs présentés par le Gouvernement, s'agissant notamment des agressions à caractère sexuel.

Outre qu'il préjudicie aux droits de la victime, l'allongement du délai rend plus difficiles les poursuites à intervenir contre l'auteur de l'infraction, en raison du dépérissement des preuves.

Enfin, dans de nombreux cas, la plainte avec constitution de partie civile est le seul moyen de surmonter l'inertie du parquet, qui n'offre pas les mêmes garanties d'indépendance que le juge d'instruction, dans des dossiers sensibles.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion