18 février 2019

Rapport N° 1633

de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république sur la proposition de loi de M. Jean-Charles Colas-Roy et plusieurs de ses collègues visant à lutter contre la mort subite et à sensibiliser la population aux gestes qui sauvent (1505).

Extrait

MESDAMES, MESSIEURS, Cette proposition de loi, fruit de plusieurs mois de travaux de votre rapporteur et de notre collègue Hugues Renson, a été cosignée par l'ensemble des députés du groupe La République en Marche.

Elle a pour objet de porter l'attention sur un sujet de santé publique majeur : l'arrêt cardiaque inopiné, c'est-à-dire imprévisible, qui survient sans raison médicale apparente.

Il touche entre 40 000 et 50 000 personnes chaque année avec un taux de survie à trente jours de seulement 5 à 7 %. Ce faible taux de survie ne doit pas être une fatalité : si la victime fait l'objet d'un massage cardiaque dès les premières minutes, il peut augmenter de manière très spectaculaire pour s'établir à 30, 40 ou 50 %. Sachant que les secours mettent en moyenne treize minutes à intervenir en milieu urbain, mais beaucoup plus dans de nombreux territoires ruraux, c'est donc aux témoins de ces arrêts cardiaques qu'il appartient d'intervenir et de pratiquer les premi...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur ce rapport.

Inscription
ou
Connexion