⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Caroline Fiat

Séance en hémicycle du lundi 16 juillet 2018 à 16h00
Démocratie plus représentative responsable et efficace — Avant l'article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

Cet amendement, qui nous tient particulièrement à coeur, a pour objet d'imposer aux partis et groupements politiques la parité sociale dans le cadre de la présentation des candidatures, afin que celles-ci reflètent la diversité de la société française.

Étant donné que la population active compte 22 % d'employés, 18 % d'ouvriers et 4,5 % d'artisans et commerçants, il faudrait ainsi, par exemple, un minimum de 11 % d'employés, 9 % d'ouvriers et 2,25 % d'artisans et commerçants parmi les candidats. Comme le souligne l'Observatoire des inégalités, si 4,6 % des députés sont employés, aucun n'est ouvrier, alors que, selon l'Institut Diderot, ces catégories représentent la moitié de la population active. À l'inverse, les cadres et les professions intellectuelles supérieures représentent 76 % des élus, soit 4,4 fois leur part dans la population active.

Historiquement, c'est sous la première législature de la IVe République que les catégories populaires ont été les plus représentées à l'Assemblée nationale, avec un peu plus de 20 % de députés ouvriers et employés. Par la suite, à l'exception d'un sursaut lors des élections de 1967, la représentation des classes populaires n'a cessé de se réduire, jusqu'à atteindre aujourd'hui 4,6 % de députés employés et 0 % d'ouvriers. L'Observatoire des inégalités identifie deux grands facteurs expliquant cette disparition progressive de la mixité sociale à l'Assemblée nationale : l'effondrement du parti communiste

3 commentaires :

Le 20/07/2018 à 11:00, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"À l'inverse, les cadres et les professions intellectuelles supérieures représentent 76 % des élus, soit 4,4 fois leur part dans la population active."

On a une Assemblée bourgeoise finalement.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 24/12/2019 à 14:02, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Une assemblée de cadres qui a le pouvoir dans sa poche et qui n'hésite pas à se préparer de belles retraites bien confortables au détriment des classes laborieuses qui seront sous-payées.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 24/12/2019 à 17:01, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Cette sur-représentation des classes supérieures ou dites intellectuelles est un affront à la nation française. Tant qu'ils auront la majorité, ils feront ce qu'ils voudront des finances publiques, et ils auront bien sûr toute latitude pour s'avantager au détriment des classes laborieuses sous-représentées. Et après on dit que c'est une démocratie représentative, mais en quoi est-elle représentative de la nation française, puisque une minorité est sur-représentée, et que la majorité se retrouve minoritaire ? C'est le coup d'Etat permanent des classes supérieures qui rejettent évidemment la démocratie participative, puisque cette démocratie participative va redonner la majorité aux classes laborieuses.

Cette réforme des retraites creuse un fossé de classe terrible entre les classes supérieures et les classes laborieuses, la fracture est à son comble. Messieurs Macron et Philippe, Thiers d'un temps nouveau, sont acculés au fond de l'impasse dans laquelle ils se sont mis eux-mêmes du fait de leur rapacité de classe.

La lutte des classes, ce sont bien eux qui l' engendrent, qui la créent, qui la développent, il faudra qu'il en subissent toutes les conséquences.

La haine qu'ils prétendent combattre, ce sont bien eux qui la créent et la développent, en méprisant à ce point le peuple nié.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion