Intervention de Éric Coquerel

Réunion du jeudi 26 juillet 2018 à 16h00
Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Coquerel :

Je remarque que malheureusement, pour l'instant, nous ne pouvons pas parler à M. Simonin pour savoir s'il n'y avait pas d'autres raisons, par exemple une autorité encore plus haute qui l'aurait décidé à s'affranchir de la loi et des règles. En vous écoutant et après avoir entendu M. Gibelin, j'ai l'impression que l'on nous oriente depuis quelques jours sur des boucs émissaires, qui sont à chaque fois dans les services de l'État. Hier, M. Larrivé a donné un ultimatum de vingt-quatre heures à Mme la présidente pour savoir si nous pouvions interroger d'autres personnes, notamment MM. Simonin et Benalla. Nous aurions également souhaité interroger M. Macron.

Pour l'instant, sauf erreur de ma part, nous n'avons pas eu de réponse. Je considère que nous faire tourner ainsi en rond est une action de sabotage, je le dis très clairement, et d'obstruction. Madame la présidente, j'estime qu'au regard de ce qui se fait au Sénat…

1 commentaire :

Le 01/08/2018 à 11:31, laïc a dit :

Avatar par défaut

C'est de l'obstruction, sans équivoque.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion