Intervention de Clémentine Autain

Réunion du mercredi 3 octobre 2018 à 16h30
Commission des affaires étrangères

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaClémentine Autain :

Monsieur le ministre, je vous remercie pour cette présentation. Cependant, j'ai ressenti, pendant votre intervention, le besoin de relire les chiffres car, à vous écouter, on aurait pu passer à côté de ce qui est, à mon sens, la caractéristique essentielle de ce budget, à savoir sa baisse de 5,46 % par rapport à 2018, soit presque 130 équivalents temps plein (ETP). En trente ans, le Quai d'Orsay a perdu 30 % de ses effectifs, et le groupe La France insoumise est profondément préoccupé par cette baisse structurelle, qui est un problème pour notre politique et notre diplomatie.

En revanche, pour le budget consacré au G7, ce club des riches qui se réunira à Biarritz l'an prochain, vous trouvez de l'argent, puisqu'il augmente de 8 millions d'euros. Peut-on savoir à quoi cet argent servira ? Peut-être pensez-vous qu'il va ruisseler. Si tel est le cas, je vous invite à lire le livre d'Arnaud Parienty, Le mythe de la « théorie du ruissellement ».

Par ailleurs, je souhaiterais revenir sur la question de l'aide publique au développement. Là encore, vous nous annoncez, à grand renfort d'annonces médiatiques, une hausse de 130 millions d'euros. Or, ce chiffre nous semble erroné car, si on tient compte de l'inflation, cette augmentation n'est plus que de 84 millions. Mais le plus grave est, à mon avis, ailleurs : l'objectif affiché par Emmanuel Macron de consacrer 0,55 % du produit intérieur brut (PIB) à l'aide publique au développement est inférieur, non seulement à l'objectif de 0,9 % que nous défendons, mais aussi au niveau actuel de l'aide publique au développement de l'Allemagne et du Royaume-Uni, qui est de 0,7 % du PIB.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion