Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du jeudi 14 février 2019 à 15h00
Pour une école de la confiance — Article 5

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

Je ne voudrais pas que s'installe progressivement l'idée selon laquelle ce projet de loi serait d'une quelconque façon dirigée contre les familles alors que c'est tout l'inverse. Nous le disons depuis le début et je le répète souvent : les bonnes relations entre la famille et l'école sont l'enjeu majeur de tout système scolaire, et c'est évidemment l'objectif que nous poursuivons. C'est tout le sens de l'expression « école de la confiance ».

Je rappelle à ce propos les deux éléments essentiels, dans ce projet et au-delà, pour faire progresser un système scolaire : la formation des professeurs et la relation entre la famille et l'école. Ce texte ne constitue en aucun cas une régression de l'estime et de la confiance envers les familles. Cela n'enlève rien à tout ce que nous avons dit sur le fait que l'intérêt de l'enfant impose d'effectuer un certain nombre de contrôles, mais je ne voudrais pas que ces choix lexicaux laissent à penser que nous agissons contre la famille.

Il se trouve que cette expression « personne responsable de l'enfant » que l'on trouve à maints endroits du code de l'éducation est l'expression consacrée sur le plan juridique : changer cela introduirait un trouble juridique. C'est pour cela que je suis d'accord avec l'avis de la rapporteure. En revanche, j'exprimerai tout à l'heure un avis favorable sur un amendement de M. Reiss relatif à ce sujet de sémantique.

Je ne veux pas laisser installer l'idée qu'il y aurait ceux qui aiment la famille et ceux qui ne l'aiment pas. Nous aimons tous la famille sur tous ces bancs, nous aimons tous la République et nous voulons renforcer cette alliance. Nous ne devons pas oublier que nous sommes en train de fabriquer du droit et que nous devons donc utiliser les expressions adéquates. On retrouvera le mot « famille » à d'autres endroits car celle-ci n'est évidemment exclue ni de notre vision ni de notre vocabulaire.

1 commentaire :

Le 23/06/2019 à 10:43, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" les bonnes relations entre la famille et l'école sont l'enjeu majeur de tout système scolaire, et c'est évidemment l'objectif que nous poursuivons. C'est tout le sens de l'expression « école de la confiance »."

C'est loupé alors, quand on voit comment cetains professeurs des écoles répondent aux parents d'élèves qui leur demandent des devoirs écrits à la maison pour mieux aider leur enfant, refus justifié par "l'égalité" entre les enfants, autrement dit il ne faut pas que les enfants aient des devoirs écrits à la maison, parce que les parents intelligents aideraient trop les enfants intelligents, qui creuseraient davantage l'écart avec les enfants qui ont des parents bêtes… On admirera au passage le simplisme de l'Education nationale à ce sujet. Le cas n'est pas systématique, mais il existe, je l'ai personnellement expérimenté, je sais de quoi je parle. C'est lamentable.

Finissons-en avec l'égalité scolaire, qui est le refuge des cancres et de l'idéologie socialisante, support de la jalousie de classe la plus triviale.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion