⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Annie Genevard

Séance en hémicycle du jeudi 14 février 2019 à 22h00
Pour une école de la confiance — Article 6

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Genevard, présidente :

Me permettez-vous de poursuivre, monsieur Lambert ? Il ne s'agit pas d'opposer les langues régionales à la langue française, puisque la Constitution les reconnaît toutes. Néanmoins, je considère qu'il faut garder raison dans la défense des langues régionales. C'est d'ailleurs le sens des décisions du Conseil constitutionnel.

Il existe à l'évidence une singularité de la langue française. Or la revendication de la reconnaissance des langues régionales nous conduit parfois à oublier la nécessité de la défendre.

Pourquoi le faire ? Parce que son usage et sa maîtrise sont menacés à bien des égards.

Il est toujours difficile de légitimer la défense de la maîtrise de la langue française dans les textes de loi. Ainsi, dans le dernier texte sur l'enseignement supérieur que nous avons examiné, il n'a pas été possible de faire reconnaître que cette maîtrise devait être un des fondamentaux, un des prérequis pour accéder à l'enseignement supérieur.

Encore une fois, mon but n'est pas de m'opposer aux langues régionales, mais de rappeler que notre trésor commun est la langue française et qu'il nous faut inlassablement la défendre. J'espère que nous parviendrons un jour à lui donner un statut juridique pour empêcher certaines errances comme l'écriture inclusive, dont vous savez à quel point je la trouve dangereuse.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion