Intervention de Jean-Michel Blanquer

Séance en hémicycle du mardi 2 juillet 2019 à 15h00
Pour une école de la confiance — Vote sur l'ensemble

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse :

Je tiens, mesdames et messieurs les députés, à vous remercier, quel qu'ait été votre vote, pour les débats que nous avons eus. J'ai souhaité, tout au long de nos discussions, respecter profondément la démocratie parlementaire – j'ai cité le nombre d'amendements d'origine parlementaire adoptés, provenant de l'ensemble des groupes. C'est un motif de fierté pour l'ensemble des députés.

L'expression « école de la confiance » signifie que nous voulons une société de confiance. Nous devons tous la vouloir. J'ai souvenir d'un débat particulièrement intéressant, au Sénat, où nous avons parlé, pendant une heure, du bien et du mal. Il s'agissait d'une discussion sur l'éducation morale et civique qu'avait fortement soutenue l'un de mes prédécesseurs, Vincent Peillon, certains estimant que le mot « morale » devait disparaître. J'ai combattu, vous l'imaginez, cette volonté de suppression. Je pense en effet, même si l'on peut discuter à l'infini du bien et du mal, comme le font Aristote et Platon sur une tapisserie dans l'hémicycle, que nous pouvons tout de même nous entendre sur le fait que certaines choses sont bonnes et d'autres mauvaises et sur le fait que nous devons le transmettre aux enfants. Si on vole, c'est mal ; si on fait attention à l'autre, c'est plutôt bien.

Cette éducation morale et civique, elle existe bel et bien. Aujourd'hui, je me suis même demandé s'il ne fallait pas discuter du vrai et du faux. Car ce dont nous devons débattre, c'est des objectifs que nous poursuivons, ou de la manière, bonne ou mauvaise, de les poursuivre. Mais ce que nous devons éviter à tout prix, c'est de dire des choses qui sont fausses en sachant qu'elles le sont,

1 commentaire :

Le 05/07/2019 à 20:10, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Nous devons tous la vouloir. J'ai souvenir d'un débat particulièrement intéressant, au Sénat, où nous avons parlé, pendant une heure, du bien et du mal. "

Et au final, le bien, c'était "votez Macron"

le mal étant "ne votez pas Macron"...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion