Intervention de Patrice Verchère

Réunion du mercredi 10 juillet 2019 à 18h00
Commission de la défense nationale et des forces armées

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPatrice Verchère :

Vous l'avez dit, Madame la ministre : il n'y a pas d'exportations d'armement possibles sans exercice effectif de la souveraineté. Nous savons que l'Allemagne n'a pas toujours les mêmes priorités stratégiques que la France. Pouvez-vous nous faire part de l'avancée des négociations avec les Allemands au sujet des futurs programmes, en particulier le système de combat aérien du futur (SCAF) et l'armement terrestre ? Cette question est fondamentale : selon l'issue des négociations, la France gardera ou non sa liberté d'exporter ses armements.

Vous avez jusqu'à présent défendu, au nom de la Realpolitik et avec raison, les ventes d'armes aux pays que nous souhaitons. Quelles conséquences tirez-vous du courrier adressé par des membres du Bundestag à la ministre de la défense allemande, qui lui intimait pratiquement de cesser toute négociation avec la France au sujet des futurs programmes communs, en matière aérienne et terrestre, tant que Rheinmetall n'entrait pas majoritairement dans le capital de KNDS ? Allez-vous céder aux exigences allemandes ou les refuser ?

La France doit continuer à assumer sa conception des exportations d'armement et à exercer pleinement sa souveraineté dans ce domaine. Si vous n'êtes pas entendue par Berlin, allons-nous en tirer les conséquences et continuer à exporter notre production d'armement dans les pays que nous souhaitons, au regard de nos intérêts, et non de ceux de l'Allemagne ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion