⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Rémy Rebeyrotte

Réunion du jeudi 7 novembre 2019 à 9h30
Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRémy Rebeyrotte :

…si c'est possible, effectivement – je reconnais que c'est une gageure.

Il existe encore des communes dotées d'un mode de gouvernance qui fait que c'est un très grand honneur et un grand plaisir, pour ceux qui entrent au conseil municipal de ces communes, d'accéder ainsi à la possibilité de travailler et de s'engager au service de l'intérêt général. Chacun sait à quel point le réseau des élus est important dans notre pays, et que c'est une grande responsabilité que celle consistant à tenir la République au quotidien auprès de nos concitoyens.

Comme l'a dit M. le ministre, laissons aux mesures que nous adoptons le temps de produire leurs effets, voyons ce qu'elles vont donner, et profitons-en pour essayer de relancer auprès de nos concitoyens l'intérêt qu'il y a à faire partie d'un conseil municipal, à être en lien avec son intercommunalité, ainsi qu'avec des collègues de l'autre sexe. Sur ce dernier point, il me semble que si la parité est si difficile à mettre en oeuvre, c'est notamment en raison de la difficulté qu'il y a à convaincre certaines femmes d'entrer dans les instances démocratiques. C'est un fait, il existe encore une différence culturelle dans ce domaine et je suis toujours frappé de constater, quand j'ai à établir une liste, qu'il est beaucoup plus difficile de persuader les femmes que les hommes de s'y joindre : certaines femmes, pourtant dotées de compétences rares, voire exceptionnelles, manquent de confiance en elles-mêmes, ce qui fait qu'elles n'osent pas franchir le pas. Si nous arrivions à remonter la pente dans ce domaine, peut-être n'aurions-nous même pas à nous poser la question du nombre de conseillers dans nos communes, car les choses pourraient s'améliorer de ce simple fait.

Je le répète, laissons passer un peu de temps afin de voir quels effets les mesures contenues dans le texte vont déjà pouvoir produire.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion